Coupe du monde féminine : «On est toujours outsiders», tempère Corinne Diacre

Eric Bruna, envoyé spécial à Nice (Alpes-Maritimes)
Corinne Diacre célèbre la victoire avec sa capitaine Amandine Henry

Après deux victoires en deux matchs, la sélectionneuse des Bleues ne s’enflamme pas. Il reste encore des choses à corriger pour aller loin dans la compétition.


Après une victoire dans la douleur contre la Norvège, Corinne Diacre est satisfaite du comportement de ses joueuses. Mais elle sait que les Bleues devront faire mieux pour aller loin…

Qu’avez-vous pensé du retour de Valérie Gauvin comme titulaire (NDLR : après avoir été punie lors du premier match pour des retards à l’entraînement) ?

CORINNE DIACRE. Elle a fait son job, tout simplement. Elle a été un peu en difficulté sur la première période puis décisive en seconde. C’est plutôt intéressant parce qu’elle avait à cœur de montrer qu’elle pouvait apporter à cette équipe. C’est bien mais il ne faut pas s’arrêter là.

Comment analysez-vous ce match ?

On savait que ce serait différent de vendredi dernier, qu’on ne gagnerait pas tous les matchs 4-0. On savait que ce serait un adversaire coriace. On a fait ce qu’il fallait même s’il y a encore des erreurs que l’on peut gommer. Mais on a fait un match courageux physiquement et mentalement.

Qu’avez-vous appris sur vos joueuses ?

Rien. Je connais parfaitement mon groupe depuis 21 mois. On travaille sur certaines choses qu’on peut gommer. On s’est souvent mises en difficulté toutes seules. On doit gommer ça pour aller plus loin dans la compétition. Je regrette l’égalisation rapide mais on ne s’est pas démobilisées, on est allées chercher cette victoire logiquement.

Deux matchs, deux victoires. Êtes-vous devenues favorites du Mondial ?

Non, toujours pas. On est toujours outsiders. La difficulté de la rencontre de Nice va se reproduire. Une Coupe du monde, c’est toujours compliqué, ce sont des matchs difficiles qui se jouent sur des détails.

Allez-vous faire tourner votre effectif contre le Nigeria, où la première place du groupe sera en jeu ?

Je vais y penser plus tard. Faut-il mettre quelques joueuses au repos ou les laisser dans le rythme ? On va savourer ces six premiers points. (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Coupe du monde féminine : les Bleues crèvent l’écran
Coupe du monde féminine : l’Australie renverse le Brésil et se relance
Coupe du monde : les Bleues débarquent chez les Bretons
Mondial 2019 : quand les joueuses se lâchent au karaoké dans le car
Coupe du monde féminine : les apprenties joueuses de l’OM en quête de modèles