Coupe du monde féminine de football : le risque hooligan est "très limité"

franceinfo
Alors 15 000 fans des Pays-Bas sont attendus samedi à Valenciennes pour un match de leur équipe contre le Cameroun, Antoine Mordacq, commissaire de police spécialiste de la lutte contre le hooliganisme, revient sur franceinfo sur le dispositif de sécurité qui entoure cette Coupe du monde féminine de football.

Le Mondial féminin de football a débuté depuis une semaine en France et pour l'heure, aucun incident n'a été recensé, affirme samedi 15 juin sur franceinfo, Antoine Mordacq, commissaire de police spécialiste de la lutte contre le hooliganisme. "La bonne nouvelle c'est que c'est un public qui s'annonce traditionnel, familial donc ça devrait se faire dans un esprit très festif", dit-il. Il précise que "les risques sont très limités parce que la mouvance hooligan ne s'intéresse pas du tout au football féminin".

Franceinfo : 15 000 spectateurs néerlandais sont attendus à Valenciennes (44 000 habitants) samedi après-midi pour soutenir leur équipe face au Cameroun. Ce cas de figure présente-il un risque particulier ?

Antoine Mordacq : Les premiers matchs se sont déroulés dans de très bonnes conditions. En termes de sécurité, on n'a pas eu d'incidents qui ont été recensés. En termes de hooliganisme, on estime que les risques sont très limités parce que la mouvance hooligan ne s'intéresse pas du tout au football féminin. Ensuite, il y a une autre typologie, les supporters ultra, qui sont les groupes qui suivent avec ferveur les équipes masculines, qui suivent plutôt les équipes en championnat, les clubs, ce qui est par exemple le cas pour le PSG, mais qui s'intéressent assez peu aux équipes (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi