Coupe du monde 2022: les satisfactions et les déceptions du début de compétition au Qatar

© Amanda Perobelli, Hannah Mckay, Molly Darlington, Carl Recine, Annegret Hilse/Reuters - Montage France Médias Monde

Après la victoire du Brésil contre la Serbie (2-0), jeudi 24 novembre, les 32 nations du Mondial au Qatar ont joué leur premier match. Et après cinq jours de compétition, il y a déjà des premiers enseignements à tirer, entre exploits, désillusions, révélations et confirmations. Tour d'horizon.

ILS SONT EN FORME

L'Espagne au plus que parfait

C'est peu dire que la Roja a commencé pied au plancher sa Coupe du monde. Quatre ans après son élimination dès les huitièmes de finale en Russie, contre le pays hôte, la sélection espagnole a donné le ton lors de son premier match au Qatar. Dans le groupe E, le Costa Rica a été balayé 7-0 par les hommes de Luis Enrique. Avec un effectif jeune et du talent un peu partout y compris sur le banc (six buteurs différents), l'Espagne impressionne et peut faire trembler l'Allemagne, son prochain adversaire le 27 novembre.

L'Angleterre bien partie

Les vice-champions d'Europe des nations n'ont pas tremblé face à l'Iran, leur premier adversaire dans le groupe B. Les Three Lions n'ont fait qu'une bouchée des Iraniens avec une victoire sans appel 6-2. Les pépites Bukayo Saka (doublé) et Jude Bellingham ont scoré, ainsi que les légèrement plus expérimentés Jack Grealish, Marcus Rashford et Raheem Sterling. L'Angleterre espère maintenant que son buteur Harry Kane, touché à la cheville, sera apte pour la rencontre face aux États-Unis le 25 novembre.

Richarlison sublime le Brésil

Giroud dans l'histoire de l'équipe de France

La Belgique remercie Courtois et Batshuayi

Le Danemark piétine

L'Uruguay aphone

Le Portugal dans la douleur


Lire la suite sur RFI