Coupe du monde 2018: «Il veut éviter une tragédie humaine», comment Deschamps a presque donné envie d’être réserviste dans ses listes

FOOTBALL - Fidèle à ses habitudes, le sélectionneur tricolore annoncera une liste de 23 partants sûrs et sept joueurs réservistes pour le Mondial en Russie jeudi soir sur TF1…

FOOTBALL - Fidèle à ses habitudes, le sélectionneur tricolore annoncera une liste de 23 partants sûrs et sept joueurs réservistes pour le Mondial en Russie jeudi soir sur TF1…

Supporters ou pas, remercions tous ensemble l’OM pour son parcours européen. Dix jours à en faire des tonnes sur une finale de Ligue Europa valait toujours mieux que dix jours à se tripoter le cerveau sur la liste à DD sur l’air de « kikietdedans et kikietpadedans ». Les débats sont toujours les mêmes : onze titulaires qu’on connaît à un ou deux choix près, cinq ou six remplaçants prêts à bondir, et cinq potes de chambrée, chargés de choisir entre Booba et Magic System pour la bande-son de l’aventure.

Equipe de France: Quels attaquants doit prendre Deschamps pour aller à la Coupe du monde? https://t.co/l7jLsaMIRY pic.twitter.com/fyi967PjVT— 20 Minutes (@20Minutes) November 15, 2017

Une satisfaction partagée entre tous : chacune de ces places est meilleure que celle du réserviste, le fameux type dans le paysage là-bas au loin, en flou et en tout petit. Celui qui reste dix jours à Clairefontaine mais qui ne prend pas le même avion que les copains au moment du départ. Celui à qui on demande de s’entretenir physiquement « au cas où » quand il a juste envie de vous envoyer une tarte dans la figure et de partir aux Maldives pour tout oublier.

Surtout, faire tout le contraire de Jacquet

Hasard du temps qui passe. A cinq jours près, Deschamps livrera le nom des fameux réservistes vingt ans après la funeste nuit des taxis du 22 mai 1998. C’est un souvenir un peu biaisé d’ailleurs. La plupart des bannis les plus connus du foot français sont rentrés chez eux dans la voiture d’un ami, d’un frère, d’un agent. Karim Nedjari, ancien journaliste au Parisien, revient sur le destin des grands perdants de l’histoire dans un livre qu’on conseille à tous les nostalgiques de cet été glorieux (

La nuit des Maudits, aux éditions Fayard). Martin Djetou, Nicolas Anelka, Lionel Letizi, Sabr (...) Lire la suite sur 20minutes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages