Coupe du monde 2018 : accusé d’avoir fait un geste raciste, Maradona répond

V.G.

Venu apporter son soutien à l’Albiceleste samedi à Moscou, l’Argentin s’est fait remarquer pour son comportement en tribunes à plusieurs reprises.


Trois jours seulement ont passé depuis le coup d’envoi de la Coupe du monde. Pour Diego Maradona, c’est bien plus de temps qu’il n’en faut pour faire parler de lui... Samedi, la légende argentine était dans les tribunes de l’Otkrytie Arena à Moscou pour soutenir la sélection emmenée par Lionel Messi et opposée à l’Islande. Le double champion du monde s’est fait remarquer avec un geste douteux à l’égard de spectateurs coréens, comme l’ont rapporté plusieurs journalistes britanniques sur Twitter.

« Des supporters sud-coréens ont crié « Diego » et il a répondu avec des sourires, des baisers et des signes de la main », raconte Jacqui Oatley, journaliste pour la BBC. « Il a ensuite fait un geste clairement raciste en tirant sur ses paupières de chaque côté. Tous ceux d’entre nous qui ont vu ce geste sont médusés. »



Diego Maradona a tenté de s’expliquer sur sa page Facebook. « J’ai été frappé par un groupe de gens autour d’un supporter qui nous filmait, un garçon asiatique qui portait un t-shirt argentin. De loin, j’ai essayé de leur dire à quel point je trouvais ça sympa que même les Asiatiques nous soutiennent. Voilà, c’est tout. »

L’Argentin est aussi revenu sur son cigare allumé au stade malgré l’interdiction de fumer dans les enceintes russes. « Honnêtement, je ne savais pas qu’il était interdit de fumer dans les stades, a-t-il assuré. Je présente mes excuses à tout le monde et à l’organisation ».


-

AFP/Juan Mabromata


Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Coupe du monde : Neymar et le Brésil déjà sous pression
Coupe du monde : vers un retour de Giroud et Matuidi contre le Pérou
Mexique, Coutinho et Maradona : la journée du 17 juin au Mondial 2018
Coupe du monde : les fans anglais tentent d’oublier les violences de Marseille
Coupe du monde : tenu en échec, le Brésil a du pain sur la planche