Coupe de France : l’appel au calme de Noisy-le-Grand

L.P.
L’entraîneur de de Noisy-le-Grand Moussa Sidibe discute avec ses joueurs

Alors que des supporters corses et de Noisy-le-Grand, s’invectivent sur les réseaux sociaux, le club souhaite apaiser les tensions avant son déplacement à Bastia pour les 16e de finale.


Réunis jeudi soir pour régler les derniers détails de leur déplacement à Bastia pour un 16e de finale historique (jeudi 24 janvier, à Furiani), les dirigeants de Noisy-le-Grand ont aussi dû gérer une grosse polémique sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Après leur qualification contre le Gazélec Ajaccio (2-1), certains messages venant de Corse leur promettaient un accueil « tendu ». Selon eux, en représailles à des incidents qui auraient éclaté sur et en dehors du terrain… Une version démentie par le club de Régional 1, petit Poucet de l’épreuve.

Mais comme quelques supporters noiséens ont voulu répondre à ces attaques, cela a créé une petite surenchère dans les provocations. Noisy-le-Grand a donc souhaité éteindre l’incendie en publiant un communiqué destiné à apaiser la situation. Extraits : « Depuis le tirage au sort, nous avons pu constater plusieurs menaces et insultes en tous genres venant des deux camps sur les réseaux sociaux. Des supporters bastiais comme de Noisy-le-Grand. Des mots qui n’ont pas et n’auront jamais leur place dans le football et dans le sport en général. Nous invitons donc les supporters des deux camps à ne pas céder aux provocations. N’oublions jamais que le sport doit nous unir et non l’inverse. Nous comptons sur vous, comme nous l’avons toujours fait, pour apaiser les tensions et vivre cet événement de la meilleure manière possible ».




Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

National : « Un maintien relèverait de l’exploit ! », considère Malik Hebbar
Pro D 2 : Massy retrouve son capitaine pour un match décisif
National : après son exploit en Coupe, l’Entente ne veut pas choisir
Ligue 2 : Les bons comptes de Perraud avec le Paris FC
Ligue 2 : « Le plus difficile, c’est de confirmer » selon Mécha Bazdarevic