Coupe de France : 38 interpellations, peu d’incidents en marge de la finale

Alors que 3 000 policiers et gendarmes étaient mobilisés pour ce rendez-vous redouté par l’exécutif, seules quelques interpellations ont eu lieu en marge de la rencontre qui a vu Toulouse surclasser Nantes.

Le dispositif de sécurité pour cette finale de Coupe de France était conséquent : 3 000 policiers et gendarmes mobilisés pour contenir les supporters toulousains et nantais dont certains antagonismes étaient redoutés. Mais aussi et surtout après l’appel des syndicats à manifester avant et pendant la rencontre, avec notamment la distribution de cartons rouges et de sifflets. « Des policiers visibles, très visibles, partout autour du stade », confiait d’ailleurs une source policière quelques jours avant la finale. S’il y a eu quelques heurts en marge de l’événement, relate RMC Sport, il n’y a eu que 38 interpellations.

À lire aussi Coupe de France : soirée de rêve pour Toulouse, vainqueur face à Nantes


Celles-ci ont eu lieu essentiellement pour port de fumigènes, vols à la tire ou encore violences volontaires. Quelques ultras font aussi partie des interpellés. Afin d’éviter un nouveau fiasco comme lors de la finale de Ligue des Champions l’année passée entre Liverpool et le Real Madrid, les autorités avaient décidé d’installer un barrage filtrant dès 15h30 et un « périmètre de protection » autour du stade de France. Le but étant d’interdire l’introduction d’objets dangereux dans l’enceinte mais surtout de sifflets. Il y avait pour cela 1 400 agents de sécurité en poste.

Alors que la préfecture de police de Paris avait interdit le rassemblement aux abords du stade pour éviter les tensions, les syndicats avaient déposé un recours devant le tribunal administratif. ...

Lire la suite sur Le JDD

VIDÉO - Coupe de France : Nantes-Toulouse, finale sous tension au Stade de France