Le coup de gueule d’Alexandre Kouchner après une séquence de BFMTV : « des propos juste cons »

·1 min de lecture

Alexandre Kouchner ne veut plus rien laisser passer. Sur sa page Twitter, le fils de Bernard Kouchner et demi-frère de Camille Kouchner a exprimé sa colère suite aux propos de Géraldine Woessner, une journaliste de BFM TV, qui déclarait : "Ce qui me frappe c'est qu'on voit émerger une génération qui est en quête de morale et de pureté sur les questions sexuelles. C'est très clair et c'est très différent de la génération qui l'a précédée. Ça colle assez bien à l'époque ou le discours politique n'existe que s'il y a une oppression et donc une victimisation, on ne peut que le constater". Des paroles qui ont mis hors de lui Alexandre Kouchner, qui a immédiatement réagi. "Et la morale, c’est mal?! Il faudrait préférer l’immoral ou l’amoral?! Et des personnes qui sont harcelées ou violées ne devraient pas être considérées comme des victimes?! Ces propos ne sont pas un constat : ils sont juste cons", a-t-il écrit.

Lui-même enseignant à Sciences Po Paris, Alexandre Kouchner a tenu à apporter son soutien aux victimes de viols et d'agressions sexuelles qui ont osé partager leurs témoignages, notamment à l'aide du hashtag #Sciencesporcs, qui a émergé sur les réseaux sociaux. "Nous qui n’avons pas su vous protéger, nous devons désormais vous soutenir. Vous ne serez plus jamais seul.e.s", a-t-il affirmé sur sa page Twitter.

Depuis l'explosion de l'affaire Duhamel, suite à la sortie du livre de Camille Kouchner dans lequel elle révèle les faits d'inceste commis sur son frère jumeau lorsqu'ils (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Laeticia Hallyday "a fait jouer ses relations" pour rejoindre Jalil Lespert le plus vite possible
Le saviez-vous ? Nathalie Saint-Cricq a mis un vent à Xavier Bertrand
"Laissez Emmanuel Macron de côté !" : vif échange entre Bruno Jeudy et Alice Coffin
VIDÉO - Laurence Ferrari bouscule Marlène Schiappa : "Vous étiez fille de prof"
Procès de Meghan Markle : elle remporte une bataille judiciaire... mais pas la guerre