Coup de grâce ! Le prince Andrew bientôt forcé à démissionner d'un prestigieux poste...

·1 min de lecture

Le boycott du prince Andrew continue. Colonel des Grenadier Guards, un régiment d'infanterie de la Garde de la Maison du souverain, il pourrait bientôt perdre son grade. "Nous allons annoncer au Palais que nous ne pouvons plus continuer avec lui en tant que colonel", a confié une source militaire à Richard Eden, chroniqueur royal du Daily Mail, ce samedi 19 décembre.

"Nous avons besoin d'un colonel qui peut nous représenter en public. Il fait planer une ombre sur le régiment et nous embarrasse", a-t-elle expliqué. Avant de dévoiler que l'implication du duc d'York dans l'affaire Epstein dissuade les femmes d'intégrer le régiment, qui a accueilli sa première recrue féminine cette semaine. Le prince Andrew, fier de son passé au sein de l'armée, pourrait être forcé de quitter son poste avant la parade Trooping the Colour, qui se déroulera en juin prochain.

Ce n'est pas le seul poste de prestige que le prince Andrew pourrait perdre. Il risque d'être écarté de son rôle de commodore du London's Royal Thames Yacht Club, un club nautique de Londres où la famille royale a ses habitudes. "C'est un club familial et Andrew n'est pas en adéquation avec cela", a expliqué une source au Daily Mail en fin octobre. Comme pour les Grenadier Guards, le club est dans une démarche de féminisation et a déjà trouvé sa remplaçante : "On sent un fort désir de le remplacer avec Kate. C'est une navigatrice accomplie et elle représenterait un énorme atout en tant que première commodore féminine du club."

Lire la suite sur le site de GALA

Vaimalama Chaves en couple avec Nicolas Fleury : c'est le grand amour
Meghan Markle et Harry ont gâté les enfants de Kate et William pour Noël
Flashback - Miss France : Sophie Thalmann, cette opération de chirurgie esthétique qu'elle a refusée
Madame Claude : la célèbre proxénète de la République qui rêver de rendre "le vice joli"
Vladimir Poutine sur les nerfs : son premier opposant, Navalny, prêt à revenir en Russie "son pays"