Coup de frein historique sur les dépenses de santé en 2020

·2 min de lecture
Les dépenses de santé ont atteint 209,2 milliards d'euros l'an dernier, en hausse de 0,4%, soit "la plus faible progression jamais observée", à cause des effets très contrastés du Covid (AFP/PHILIPPE HUGUEN)

Les dépenses de santé ont atteint 209,2 milliards d'euros l'an dernier, en hausse de 0,4%, soit "la plus faible progression jamais observée", à cause des effets très contrastés du Covid, selon un rapport de la Drees publié mercredi.

Du jamais-vu. En tout cas pas "depuis 1950, première année disponible des comptes de la santé", souligne le service statistique des ministères sociaux.

Malgré les milliards déversés pour endiguer l'épidémie, la France a dépensé à peine plus pour se soigner l'an dernier qu'en 2019. Un paradoxe lié au coup d'arrêt brutal du premier confinement, au printemps 2020.

La "consommation de soins" a diminué en conséquence chez les dentistes (-8,9%), les médecins (-5%), mais aussi pour les transports sanitaires (-9,4%) et les auxiliaires médicaux (-11,9%), à l'exception notable des infirmières (+7,2%) "peu affectées par les mesures de restrictions sanitaires".

A l'inverse, la baisse d'activité des hôpitaux n'a pas empêché une "accélération" des dépenses dans ce secteur (+3,7%), portée par les "surcoûts" dus au Covid et surtout par les primes, heures supplémentaires et hausses de salaires dans les établissements publics.

Les laboratoires d'analyses biologiques ont eux vu leurs dépenses bondir (+37,4%) en raison du dépistage massif par tests PCR mis en oeuvre à partir de l'été 2020.

Ces coûts imprévus ont été entièrement pris en charge par la Sécurité sociale, qui a financé 79,8% des dépenses de santé l'an dernier, soit presque 2 points de plus qu'en 2019.

Les complémentaires santé ont au contraire moins déboursé en raison de l'atrophie générale des "soins de ville", et leur part a reculé d'un point, à 12,3%.

Le "reste à charge" acquitté par les ménages s'est également réduit, à 6,5%, soit tout de même 13,6 milliards d'euros. Un reflux que la Drees attribue en partie à la réforme "100% Santé", dont les premiers effets se sont fait sentir sur les soins dentaires.

gbh/bfa/cbn

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles