Coup d'Etat en Birmanie : "La junte ne reculera devant rien pour arriver à ses fins"

franceinfo
·1 min de lecture

Des dizaines de morts, dont des enfants. Selon l'ONU, l'armée a réprimé violemment des manifestations prodémocratie dans plusieurs villes de Birmanie samedi 27 mars. D'après l'organisation internationale, le bilan provisoire s'élève à au moins 89 morts. Le pays est traversé par une grave crise depuis que la cheffe du gouvernement civil Aung San Suu Kyi a été évincée du pouvoir par un coup d'Etat militaire le 1er février. Malgré une mobilisation importante, notamment de la jeunesse du pays, la junte au pouvoir semble résolue à réprimer de plus en plus violemment les manifestations. Un mouvement qui pourrait encore s'amplifier, selon Sophie Boisseau du Rocher, spécialiste de l'Asie et chercheuse à l'Institut français des relations internationales.

Franceinfo : Etes-vous surprise par la violence de la répression du mouvement prodémocratie ?

Sophie Boisseau du Rocher : Je suis très choquée, mais néanmoins pas surprise, quand on sait comment l'armée a l'habitude d'agir. Il suffit de se souvenir que le général Min Aung Hlaing est celui qui a mené la répression contre les Rohyngas en 2017. On connaît le résultat dramatique et on imagine qu'il ne reculera devant rien, aucun outil, aucune répression, pour arriver à ses fins. On est dans une situation terrible, où le droit est complètement piétiné par la force.

Pourquoi l'armée fait-elle preuve d'autant de violence ?

La stratégie de l'armée est simple : faire une démonstration de force et écraser le mouvement prodémocratie. Elle ne (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi