Dans les coulisses du télescope spatial James Webb : les hauts et les bas d'un projet pharaonique

·2 min de lecture

Les observateurs trépignent alors que la date définitive de lancement du James Webb Space Telescope avait été annoncée pour le 8 septembre. Le télescope décollera de Kourou, en Guyane, le 18 décembre prochain à bord d'une fusée Ariane 5. L'appareil débutera alors un trajet d'un mois vers le point de Lagrange L2, situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre à l'opposé du Soleil. Il aura fallu 30 ans et de multiples reports pour voir les agences spatiales fixer une date définitive de lancement. Le JWST a connu une gestation compliquée, à la hauteur du projet pharaonique qu'il a fini par représenter pour le grand public.

Lancement d'une fusée Ariane 5 depuis la base de Kourou, en 2018. © ESA
Lancement d'une fusée Ariane 5 depuis la base de Kourou, en 2018. © ESA

Le nouvel élan de la Nasa

L'agence spatiale américaine commençait déjà à envisager l'après-Hubble en 1989, mais les premières ébauches concrètes du James Webb Space Telescope sont élaborées en 1996. Le projet est alors nommé Next Generation Space Telescope (Telescope spatial nouvelle génération en Français). La priorité de la Nasa était alors de créer un appareil à moindre coût, avec un budget maximal de 500 millions de dollars. Les premiers sous-traitants sont recrutés par l'administration américaine dès 1997 avec les entreprises Ball Aerospace and Technologies et TWR Inc. Les études conceptuelles sont confiées en 1999 à TWR ainsi qu'à la firme Lockheed Martin, avec un premier lancement prévu pour 2007. Un report est annoncé en 1998, alors que le budget alloué à la construction du télescope augmente de 500 millions de dollars.

Les différentes instruments du James Webb Space Telescope. © Nasa, ESA
Les différentes instruments du James Webb Space Telescope. © Nasa, ESA

En 2002, l'agence baptise de NGST « James Webb », d'après le nom du second administrateur de la Nasa ayant dirigé le programme Apollo durant les mandats de John F. Kennedy et Lyndon Johnson, de 1961 à 1968. L'année suivante, en 2003, la Nasa désigne TWR Inc. comme principal contractuel pour la construction du télescope spatial. Néanmoins, les retards s'accumulent, si bien que le lancement...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles