Les coulisses du sommet extraordinaire de la Cédéao à New York

La Guinée sanctionnée, mais progressivement, et une délégation de chefs d’État de la sous-région envoyée au Mali. Le sommet extraordinaire de la Cédéao qui s’est tenu jeudi soir à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, a débouché sur des décisions fermes, mais laissant une certaine marge de manœuvre. Car si la discussion de trois heures entre les chefs d’État a été « franche », selon le président de la Commission de la Cédéao, elle a aussi été l’occasion de trouver un compromis entre des points de vue différents.

Avec notre envoyé spécial à New York, Léonard Vincent

Très remonté, le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo voulait des sanctions contre la junte guinéenne. De « lourdes sanctions », avait-il même prévenu. Le président ivoirien Alassane Ouattara quant à lui voulait des actes envers le Mali, se sentant trahi après qu’il avait pourtant ardemment plaidé, en juillet, auprès de ses homologues, pour la levée des sanctions frappant alors Bamako. Tous deux avaient des soutiens de poids.

Mais un haut diplomate de la Cédéao explique que, s’agissant de la Guinée, il a fallu « bâtir le consensus ». Le Sénégal, notamment, a fait part de sa réticence à frapper Conakry trop fortement, raconte un participant au sommet. Malgré les « sanctions graduelles », la place a donc été laissée libre pour une marge de manœuvre, y compris sur la durée de la transition, les 24 mois exigés par le président Embalo ne figurant pas dans le communiqué final.


Lire la suite sur RFI