Dans les coulisses d'un lieu de pouvoir : Le Siècle

·1 min de lecture

Olivier Duhamel entraîne dans sa chute Le Siècle, ce club élitiste et très fermé dont il avait été nommé président en janvier 2020. Découvrez un extrait de notre enquête consacrée à ce lieu de pouvoir...et à ses rituels.

"Au Siècle, pour les dîners, le rituel est immuable. À l’arrivée (autrefois dans les locaux de l’Automobile club de France, place de la Concorde, aujourd’hui à l’Interallié, rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris), chaque invité découvre son placement à une table de huit convives. " Un président de table est désigné et lance les sujets de conversation. Il doit veiller à ce qu’il n’y ait strictement aucun aparté ", raconte un ancien bâtonnier de Paris. Chacun a versé 83 € pour le repas." C’est surtout un truc d’énarques et de Sciences-Po qui se retrouvent entre eux, les autres sont là pour observer cette comédie humaine de gens intelligents et qui le savent ", confesse un universitaire. Autre règle, pas de vague et surtout pas d’esclandre. " Je me souviens d’une prise de bec entre Olivier Duhamel et Christian Giacomotto, un banquier, au sujet de l’inversion du calendrier entre les législatives et la présidentielle. Le constitutionnaliste se flattait de l’avoir imposée, et Giacomotto lui a volé dans les plumes, mais le ton est resté ferme et courtois. "En réalité, même si la salle compte quelques syndicalistes (une poignée, dont Nicole Notat et Jean-Claude Mailly), grand est le consensus : bien sûr, il y a des exceptions, mais tout le monde défend une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?

Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex