Cotta – On ne badine pas avec de Gaulle

·1 min de lecture
Emmanuel Macron lors de la cérémonie du 11 novembre.
Emmanuel Macron lors de la cérémonie du 11 novembre.

Le décor est planté. Oui, c?est vrai, lorsqu?il s?est adressé aux Français le 9 novembre pour les mettre en garde contre la reprise de l?épidémie, Emmanuel Macron a abordé aussi, et de façon plutôt optimiste, son bilan politique et social. Ce faisant, en effet, il a parlé en futur candidat. Mais qui doutait qu?il le soit ? Ne reste donc qu?Éric Zemmour pour jouer encore les violettes sous la mousse.

En tout cas, la séquence des trois derniers jours, 11 novembre compris, n?a pas été des plus favorables à ce dernier. Pas seulement parce que les Républicains ont fait leur entrée dans le débat présidentiel, privant ainsi Éric Zemmour d?un accaparement exagéré de la télévision. Pas seulement parce que lui, qui ne cesse depuis plusieurs semaines de se revendiquer du gaullisme, a dû affronter une sérieuse concurrence à l?occasion du 51e anniversaire de la mort du général de Gaulle.

À LIRE AUSSIÀ Bayeux, les symboles gaullistes de Marine Le Pen

Jamais l?affluence des politiques à Colombey-les-Deux-Églises n?a été plus importante. Anne Hidalgo, Florian Philippot, Nicolas Dupont-Aignan se sont bousculés dans le petit cimetière. Que les cinq candidats à la candidature LR s?y soient retrouvés autour de Christian Jacob n?a rien que de très naturel, venant d?un mouvement créé dans la filiation du Général. Mais Anne Hidalgo affirmant sans sourire qu?elle était une gaulliste du 18 Juin ! Mais Philippot accusant Jean Castex, présent lui aussi, de « privatiser » la petite comm [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles