Côtes-d'Armor : jugé pour violences conjugales, il entraînait leur fille de 3 ans à insulter sa propre mère

·2 min de lecture
La jeune femme avait déposé une plainte en août à la gendarmerie de Cancale (Photo : Getty Images/EyeEm)

L'individu a récemment été condamné à une peine de prison avec sursis par le tribunal de Saint-Malo.

Le mari violent prenait apparemment un malin plaisir à manipuler sa fille de 3 ans pour lui faire dire des insanités. Le tribunal correctionnel de Saint-Malo (Côtes-d'Armor) a récemment étudié le cas d'un habitant de Cancale, jugé pour des violences conjugales à répétition.

Deux plaintes en moins d'un an

Selon Le Pays Malouin, la compagne de l'accusé avait déposé une première plainte en décembre 2020, qui avait débouché sur une composition pénale. Le 2 août dernier, la jeune femme s'est à nouveau rendu à la gendarmerie pour dénoncer des violences conjugales. D'après le quotidien local, la jeune femme avait reçu un violent coup de tête de son compagnon quelques jours plus tôt, à la suite duquel elle avait perdu connaissance.

Les militaires ont donc mené une enquête, notamment à l'aide de caméras de vidéosurveillance installées au domicile du couple, et ont pu constater que la plaignante était victime d'humiliations répétées de la part de son conjoint, qui serait également venu la menacer sur son lieu de travail.

L'enfant du couple entraînée à insulter sa mère

Comme l'explique Le Pays Malouin, le mari violent avait notamment pour habitude de faire répéter à leur fille âgée de trois ans des insultes adressées à sa compagne, et mère de la petite. Le quotidien local mentionne ainsi l'expression "Ta mère la chienne", dite en boucle par la fillette.

Ces preuves accablantes ont conduit le tribunal à juger l'accusé coupable de violences conjugales. L'individu a ainsi été condamné à une peine de six mois de prison avec sursis probatoire. Le Pays Malouin précise que le mari violent est par ailleurs désormais interdit de se rendre au domicile de sa compagne, mais pas d'entrer en contact avec elle.

VIDÉO - Décomplexé.e.s - Laura Rapp : "Comment en France, peut-on dire qu’un homme qui essaie de tuer sa compagne est un bon père"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles