Au Costa Rica, quel est le secret de la longévité ?

·1 min de lecture

Au Costa Rica, la péninsule de Nicoya figure parmi les cinq régions mondiales avec une longévité spectaculaire.

Le Costa Rica, un petit coin de paradis où il fait bon vivre. En adéquation avec la nature, le pays compte l’une des cinq zones bleues mondiales, c’est-à-dire une zone avec un taux anormalement élevé de centenaires.

L’Agence France presse (AFP) a consacré un reportage à ce territoire et, plus particulièrement, à la ville de Nicoya, située dans la province de Guanacaste au nord-ouest du pays. Là-bas, les journalistes ont suivi Saturnino Lopez, connu sous le nom de "Sato", un habitant de 94 ans qui part tous les matins couper le bois. "Pour mon âge, je me sens bien car le Seigneur me donne la force de marcher doucement. Je pars faire peut-être 1 kilomètre ou même 4 kilomètres, puis je rentre, calmement", confie Saturnino Lopez. Ce dernier fait partie des 1 010 Costariciens âgés de plus de 90 ans qui vivent dans l'une des cinq "zones bleues" répertoriées dans le monde. Un concept né à la fin du XXème siècle suite à la constatation du démographe belge Michel Poulain et d’un médecin italien Gianni Pes.

Alimentation saine et activité physique

Au quotidien, il explique se nourrir "de riz, de haricots, d'un peu de viande, de fruits et d'avocats". Un régime alimentaire semblable à celui de ses voisins. Dans son refuge naturel, il a toujours des activités à faire : "Pendant la journée, si vous devez balayer le patio, vous le balayez ; si vous devez couper du bois, vous le coupez. Il y a plein de petites choses à faire". Le couple outrepasse toutes les statistiques d'espérance de vie : 80 ans pour le Costa Rica et 72 ans en moyenne dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "A la campagne, on vit plus tranquillement, pas comme dans les villes où il faut faire attention à tout, pas vrai ? Ici, vous vivez plus paisiblement, il n'y a pas de dangers", confie Clémentina, 92 ans.

Une vie paisible mais pas sans but comme l’explique Aleyda Obando, responsable de la Sécurité sociale de Nicoya : "Ils ont toujours des projets en tête pour planter quelque-chose dans le jardin, voir leurs amis (...) C'est la somme de plusieurs petites choses qui font que cette population vit plus longtemps". Un autre habitant de la péninsule a peut-être trouvé la recette pour vivre plus longtemps : "Aujourd'hui, les modes de vie ont changé, ce n'est plus pareil. Avant, tout était sain et les gens s'aimaient un peu plus".

VIDÉO - Une application en ligne pour calculer l’espérance de vie des séniors

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles