Cosmétiques : UFC-Que Choisir épingle 185 produits courants

"Malgré les alertes répétées des toxicologues et des dermatologues, les fabricants n'ont toujours pas changé leurs pratiques". Voilà le constat sévère établi par l'association UFC Que Choisir qui, une fois encore, tire la sonnette d’alarme sur les composants de certains produits de nos salles de bains. "Dans l’attente cruellement longue d’une réglementation enfin protectrice, l’UFC-Que Choisir recommande aux consommateurs de ne plus acheter les produits contenant ces composés, notamment pour les usages les plus à risques (bébés, enfants, produits non rincés)"

Des substances préoccupantes

Les produits concernés contiennent par exemple des allergènes, tels que le Laureth et le Lauryl sulfate ou encore la Méthylisotiazolinone (MIT). Ce dernier est un conservateur qui a remplacé les parabènes dans les produits cosmétiques. Il est présent dans 55 produits, tels que des lingettes pour bébés ou des crèmes pour le visage.

Les symptômes ne sont pas forcément sévères : la plupart du temps, il s’agit d‘allergie de contact telle que l’eczéma. Mais ces symptômes peuvent s’avérer invalidants au quotidien, puisqu’une fois allergique au MIT, c’est pour la vie.

Des perturbateurs endocriniens dans plus de 100 produits

Autres substances préoccupantes : le propylparaben ou l'étylhexyl-metoxycinnamate, suspectés d'être des perturbateurs endocriniens et qui sont contenus dans plus de 100 produits cosmétiques testés par l’association. Récemment, 60 millions de consommateurs a révélé la présence dans deux tampons sur trois de résidus potentiellement toxiques, soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.

Des produits à éviter

Pour éviter ces substances, il suffit de regarder la composition des produits que vous achetez ! L'UFC Que Choisir a même établi une carte-repère des 12 substances à risque et des 26 allergènes, dont les noms sont disponibles sur son site internet.
Enfin, attention à la mention "hypoallergénique" qui ne garantit en aucun cas d'éviter toutes les réactions allergiques, mais permet juste de les diminuer.

Certaines substances conformes à la législation européenne

La Fédération des Entreprises de la Beauté, que nous avons contactée, assure que les substances utilisées respectent la réglementation européenne. En revanche, pour ce qui est de la Méthylisotiazolinone (MIT) incriminée, elle affirme avoir demandé aux marques de la retirer des produits sans rinçage depuis 2013, telles que les lingettes et crèmes. Une disposition non respectée, apparemment.

La liste des produits testés par UFC Que Choisir est disponible ici sur le site de l’association.

Ce contenu peut aussi vous intéresser :