"Corvéable 24 heures sur 24" : Donald et Melania Trump sans complexe avec leur staff à la Maison-Blanche

·1 min de lecture

Les membres du personnel de Donald et Melania Trump n’auront pas eu le temps de s’ennuyer ces quatre dernières années. Quand l’ancien président des États-Unis et l’ex-First Lady fréquentaient la Maison-Blanche, ils ne leur auraient en effet pas accordé la moindre minute de répit. D’après les révélations de l’écrivain Jonathan Lee à nos confrères américains du New Yorker, relayées par People ce mardi 2 mars, leur staff aurait été constamment sollicité : il était “corvéable 24 heures sur 24”. Barack et Michelle Obama les avaient habitués à un bien autre traitement.

À en croire les employés de la résidence présidentielle américaine, le premier couple noir à la tête des États-Unis n’usait pas de leurs services. Il faut dire que Barack et Michelle Obama “n’avaient jamais eu d’équipe de femmes de ménage” avant de franchir le seuil de la porte de la Maison-Blanche. En plus, les parents de Malia et Sasha “avaient soif d’intimité”. Alors, Joe et Jill Biden, président et Première dame des États-Unis, marcheront-ils dans leurs pas ? Pour l’heure, il est encore trop tôt pour répondre à la question. Mais l’ex-vice-président de Barack Obama et son épouse - décidés à marquer une rupture avec leurs prédécesseurs - pourraient bien s’en inspirer. Le jour de leur investiture, “les Bidens sont entrés et la première chose qu'ils ont faite a été de faire un tour de l’étage principal des lieux (appelé le State Floor outre-atlantique, ndlr) et de saluer le personnel”, a raconté un employé au New Yorker. Avant (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Inceste : Orlando, le frère de Dalida, a un avis très tranché sur les affaires Duhamel et Berry
Meghan Markle, victime de déstabilisation ? La Couronne la mouche sans appel
Michael Schumacher : son fils Mick embarrassé par une question sur sa santé
Lulu Gainsbourg raconte une expérience paranormale liée à son père Serge : "Je pense qu'il était là”
"Il m'a pourrie" : Eric Dupond-Moretti forcé de collaborer avec une contradictrice