Corse: une réunion "constructive" à Paris malgré l'affaire Pieri

L'ex-leader du FLNC (Front de libération nationale corse) Charles Pieri a été placé en garde à vue ce mardi dans l'enquête sur des injures visant la veuve du préfet Erignac. Une affaire qui n'a pas empêché les dirigeants nationalistes de Corse Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni  de tenir une réunion "constructive" au même moment à Paris avec la "Madame Corse" du gouvernement, Jacqueline Gourault.

"Une avancée très importante"

Jacqueline Gourault a salué "le climat constructif" de ces discussions et a ouvert la voie à des avancées pour permettre aux institutions corses d'adapter des textes législatifs ou réglementaires à la situation insulaire.

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, et Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, à l'Elysée, le 8 février 2018

Le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, a quant à lui salué "une avancée très importante" et confié espérer obtenir une "habilitation générale et permanente" pour permettre à la Corse d'adapter les lois nationales.

"Nous sommes prudents parce que les discussions vont être encore longues (...) Le voyage présidentiel était dans la posture" mais "aujourd'hui les choses se sont déroulées de manière un peu plus satisfaisante que ce à quoi nous nous attendions", a aussi commenté Jean-Guy Talamoni.

Un retour jugé "inquiétant"

Si elle a assuré après la réunion que le placement en garde à vue de Charles Pieri n'avait eu aucune incidence sur les discussions, Jacqueline Gourault avait réagi dans la matinée sur...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi