Corse: une première réunion ce vendredi à Paris pour discuter de l'avenir de l'île

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans la cour de l'Elysée, le 24 août 2022 à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans la cour de l'Elysée, le 24 août 2022 à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Gérald Darmanin reçoit vendredi place Beauvau une délégation d'élus pour discuter du modèle institutionnel, économique et social de la Corse, premier rendez-vous d'un cycle de huit réunions "sans tabou" consacré à l'avenir de l'île de Beauté.

Le ministre de l'Intérieur, qui s'était engagé en mars à discuter de l'autonomie de la Corse, avait mis sur pied en juillet un comité stratégique sur l'avenir de l'île, quatre mois après l'agression mortelle en prison du militant indépendantiste corse Yvan Colonna, condamné à perpétuité pour l'assassinat du préfet Erignac.

"Un fossé important entre les discours et les actes"

Dans un communiqué commun, les députés autonomistes Jean-Felix Acquaviva et Michel Castellani, le député européen Europe-Ecologie François Alfonsi et le sénateur autonomiste Paulu-Santu Parigi ont regretté que "deux dossiers de portée économique relatent un fossé important entre les discours et la volonté affichée d'une part, et les actes de portée législative et règlementaire d'autre part".

Concernant le prix des carburants, ils regrettent que "la remise conjoncturelle de l'Etat de 30 centimes" négociée avec le groupe Total, "créée une grave distorsion de concurrence, contribuant à mettre à genoux des groupes indépendants de petite ou taille moyenne dans les territoires, dont le groupe Ferrandi en Corse, avec le risque encouru de suppression des 150 emplois".

Concernant "l'application du crédit d'impôt investissement Corse (CIIC), prolongé jusqu'en 2023", ils regrettent que l'Etat ait "réduit sensiblement la possibilité" de l'obtenir. "Cette nouvelle lecture frappe de plein fouet l'hôtellerie insulaire, essentiellement de dimension familiale", assurent-ils.

Ils exposeront ces deux dossiers "de manière prioritaire sur la table demain à Beauvau", attendant "des réponses opérationnelles".

Le cycle de concertation doit s'étaler sur une année, à raison d'une réunion toutes les six semaines. La deuxième réunion sera consacrée à la "spéculation financière, l'urbanisme et le logement" et la troisième, prévue "avant la fin 2022", à "la langue et la culture corses", avait annoncé Gérald Darmanin.

Pour chaque thème, il est prévu de lister les différents statuts en vigueur dans les pays voisins et d'évoquer les éventuelles "évolutions" à apporter au statut de la Corse.

Article original publié sur BFMTV.com