Corse : Une possible vendetta évitée de justesse

20 Minutes avec AFP
·2 min de lecture

VENGEANCE - Trois hommes circulants dans des véhicules volés et armés ont été arrêtés le 4 janvier dernier près d’Ajaccio

Une vendetta a-t-elle été évitée en Corse ? L’enquête s’oriente vers cette hypothèse après la mise en cause d’un homme, emprisonné et hanté par l'assassinat de son fils. Lundi 4 janvier, trois hommes circulant en voiture et à moto, toutes deux volées, sont arrêtés à Alata, en périphérie d'Ajaccio:​ « Ils étaient sur le point de passer à l’action », indiquent des sources proches de l’enquête, sans que l’objectif précis ne soit connu. Les jours suivants d’autres arrestations suivent et Louis Carboni, 64 ans et condamné depuis 1976 à un total de 50 ans de prison, est extrait de sa cellule des Baumettes à Marseille.

Déféré devant les magistrats de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille, compétente en matière de grand banditisme, il est notamment mis en examen, comme six autres personnes, pour association de malfaiteurs en vue de la préparation de crimes en bande organisée, annonce la Jirs.

Collectif antimafia

L’enquête, menée par la police judiciaire (PJ) et la section de recherche de la gendarmerie en « excellente collaboration » selon un connaisseur du dossier, avait débuté à l’origine au lendemain de l’assassinat (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Coronavirus en Corse : Les contrôles des tests Covid-19 à l’entrée de l’île ont commencé
Corse : Un mort et un blessé dans une fusillade à Bastia, le tireur s'est rendu
Coronavirus : Le président de l'Assemblée de Corse demande un contrôle strict des voyageurs pendant les fêtes
Marseille : Jusqu'à cinq ans de prison contre des racketteurs de restaurants
Aude : Deux pélicans échappés d'un parc animalier ont refait leur vie en Corse et aux Baléares