Corse : un major de police déféré devant la justice après sa garde à vue

Par Aziz Zemouri
·1 min de lecture
Yves Robert est en attente de son défèrement devant les juges d’instruction de la Jirs de Marseille en charge de l’enquête tentaculaire sur la bande mafieuse du « Petit Bar » à Ajaccio.
Yves Robert est en attente de son défèrement devant les juges d’instruction de la Jirs de Marseille en charge de l’enquête tentaculaire sur la bande mafieuse du « Petit Bar » à Ajaccio.

Le major de police Yves Robert, 51 ans, dort ce week-end au dépôt du palais de justice. En attente de son défèrement devant les juges d'instruction de la Jirs (juridictions interrégionales spécialisées) de Marseille en charge de l'enquête tentaculaire sur la bande mafieuse du « Petit Bar » qui sévit à partir de la Corse-du-Sud.

Il est en effet suspecté d'être la taupe au sein de la police qui fournit aux bandits ajacciens de précieuses informations sur les enquêtes en cours. Déjà placé en garde à vue, le 16 février, il avait été remis en liberté sans faire l'objet de poursuites. Mais cette fois, les magistrats ont décidé de frapper un grand coup.

Coup de fil d'un ami? des mafieux

En septembre 2020, les magistrats instructeurs avaient délivré une commission rogatoire dans le but d'interpeller ces piliers du grand banditisme insulaire qui sévissent depuis le début des années 2000. Mais au petit matin, la police judiciaire (PJ) avait fait quasiment chou blanc. Seul leur chef Jacques Santoni avait pu être appréhendé à temps. Tétraplégique depuis 2003, il n'avait pas pu s'enfuir.

Doutant de la fiabilité de la police insulaire, la Jirs de Marseille dessaisissait la PJ au profit des gendarmes. Il en va ainsi depuis plusieurs années sans que la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et encore moins la Place Beauvau ne s'émeuvent outre mesure de ces dysfonctionnements chroniques.

Selon l'enquête menée par la police des polices, le major Yves Robert entretenai [...] Lire la suite