Sans corruption au Brésil, Bolsonaro "n’aurait jamais accédé au pouvoir"

"Quand Jair Bolsonaro a fait campagne en 2018, le Brésil était rongé par la corruption. Il est apparu comme un chevalier blanc alors qu’il était député depuis trente ans. C’était le seul candidat qui n'était pas concerné par une affaire de corruption. Sans corruption, il n’aurait jamais accédé au pouvoir", explique la journaliste Virginie Jacoberger-Lavoué sur franceinfo vendredi 12 mars. "Ses électeurs ont surtout été le mouvement évangélique, les partisans des armes et les acteurs de l’agrobusiness. Et ce socle électoral, qui représente 35% des votants, le soutient toujours", ajoute l'auteure du livre Brésil : Voyage au pays de Bolsonaro. Bolsonaro "comptable de la très mauvaise gestion de la pandémie" L’ancien président de gauche, Lula, qui a vu ses condamnations pour corruption annulées en attendant un nouveau procès et recouvré ses droits politiques, laisse planer le doute pour la présidentielle de 2022, mais il pourrait poser des difficultés à Jair Bolsonaro. "Il a une revanche à prendre et il a déjà annoncé dans ses tweets qu'il se présenterait volontiers s'il le pouvait", commente-t-elle. L'élection s’annonce palpitante “sur fond d’une situation absolument dramatique et Bolsonaro sera comptable de la très mauvaise gestion de la pandémie de Covid-19 puisqu’on est à plus de 270 000 morts et que la vaccination peine”, conclut Virginie Jacoberger-Lavoué.