Corrida: Didier Guillaume déplore la "récupération" de sa photo

Paul Guyonnet
Durant le weekend du 15 août, une vaste polémique a fait suite à la publication d'une photo montrant Didier Guillaume, le ministre en charge du bien-être animal, au premier rang d'une corrida à Bayonne.

POLITIQUE - Il dit qu’il comprend. Ce lundi 19 août, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume est revenu sur une image qui a suscité un grand émoi au sein de la classe politique et de l’opinion durant le weekend du 15 août. L’ancien sénateur et la ministre Jacqueline Gourault ont effectivement été photographiés au premier rang d’une corrida à Bayonne

Un cliché qui a valu aux deux membres du gouvernement des critiques pour le moins virulentes. Didier Guillaume “s’en branle” du bien-être animal, a par exemple tweeté l’écologiste Yannick Jadot. 

Il dénonce la “récupération politique, politicienne”

Des commentaires qui ont fortement déplu au concerné, comme il l’a expliqué ce lundi matin au micro de Franceinfo. “Je regrette que ça ait pu choquer un certain nombre de citoyens qui sont contre ces pratiques”, a-t-il d’abord admis, avant de s’en prendre à ses détracteurs. “Ce qui a été terrible sur les réseaux sociaux, ça a été la récupération politique, politicienne, faite par d’autres. ” 

“Ce que je ne voudrais pas, c’est que l’on résume la maltraitance animale ou la lutte pour le bien-être animal à une photo dans un spectacle”, a poursuivi l’ancien patron des sénateurs socialistes. Et de vanter son bilan et ses objectifs: “Je suis le premier ministre de l’Agriculture à avoir une collaboratrice, une conseillère au cabinet en charge du bien-être animal. Je suis le premier ministre de l’Agriculture en charge du bien-être animal qui a pérennisé le Conseil national de surveillance des abattoirs.” 

Au passage, l’ex-élu de la Drôme a défendu la “tradition séculaire” qu’est la corrida. Il a expliqué qu’elle n’était absolument pas interdite pour le moment dans la loi française: “Nous avons besoin de mener cette...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post