Corrida : le débat ouvert dans l'arène de l'Assemblée et en dehors

© Blondet Eliot/ABACA

Entre ordre du jour serré et obstruction parlementaire, le débat sur la corrida risque de ne pas aller à son terme jeudi à l'Assemblée, où la proposition du LFI Aymeric Caron pour interdire cette pratique a mis le feu aux poudres.

"Si ce texte n'est pas voté ou examiné, ce serait une honte pour la représentation nationale", fustige le député de Paris. "Le combat" contre la corrida "continuera dès le lendemain" avec une autre initiative "qui intéressera les Français", promet déjà l'ancien journaliste.

À lire aussi La corrida sème la zizanie chez les députés

Sa proposition de loi a été rejetée une première fois en commission le 16 novembre. Parfois agité, le débat entre défenseurs de cette "tradition culturelle régionale" et militants de la cause animale a largement dépassé l'enceinte de l'Assemblée nationale, avec des manifestations pro et anti-corrida le week-end dernier dans les villes taurines et à Paris.

Parti animaliste et association L214: une centaine de personnes ont encore manifesté jeudi pour dire "basta" à la "corrida" aux abords de l'Assemblée. "C'est une torture", estime Emmanuelle Gaillard, une "citoyenne" venue de Clichy, en banlieue parisienne.

De l'autre côté, 13 toreros français entendent défendre leur pratique devant le Palais Bourbon cet après-midi.

Mercredi, lors d'une visite au salon de l'association des maires de France (AMF), le président Emmanuel Macron a écarté une interdiction dans l'immédiat. Il prône la "conciliation" entre les "...


Lire la suite sur ParisMatch