Corrèze : une famille qui vit dans une cabane dans les bois menacée d’expulsion

Dans leur cabane faite d’argile et de foin, qui dépend d’un panneau solaire pour l’électricité, Jonathan, Caroline et leurs deux ans vivent paisiblement au milieu des bois. Quand le froid gèle leur arrivée d’eau, Jonathan va se ravitailler au ruisseau. Le couple a quitté Paris il y a deux ans pour s’installer sur cette parcelle, en Corrèze. "Premier hiver, il y a eu un peu d’appréhension, parce qu’un agriculteur nous avait dit qu’on ne ferait pas les malins dans notre cabane par -15°C", se rappelle Caroline. Le couple de militants écologistes a fondé un site internet pour promouvoir son mode de vie. Les candidats à un retour à la nature sont de plus en plus nombreux avec la crise sanitaire. La commune de Chasteaux porte plainte "Notre initiative est d’inciter les personnes qui détiennent des terrains mais qui ne s’en occupent pas à les mettre à disposition de collectifs qui ont à cœur de régénérer et de préserver les territoires", explique Jonathan. Comme eux, une dizaine de personnes se sont installées dans ces bois. Mais la commune de Chasteaux a saisi la justice : ces nouveaux habitants sont installés dans une zone à risque de glissement de terrain. "Si la commune ne porte pas plainte, s’il y a des accidents, c’est la commune qui va être responsable". La famille risque d’être expulsée et leur cabane détruite.