Le corps de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste tué en Ukraine, rapatrié en France

La dépouille du journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff , tué en Ukraine, est arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi en France, accueillie par des membres de sa famille, des proches et la ministre de la Culture Rima Abdul Malak, a constaté un photographe de l'AFP. Devant son cercueil drapé de noir, un moment de recueillement a eu lieu sur le tarmac de l'aéroport du Bourget, où son corps est arrivé vers "un peu plus de 3 heures" du matin, ont précisé les journalistes de sa chaîne d'info en continu BFMTV. Mercredi en fin de matinée, ses collègues de BFMTV avaient observé une minute de silence en mémoire du journaliste tué le 30 mai par un éclat d'obus.

Un hommage lui sera en outre rendu vendredi à 18h30 place de la République à Paris, à l'appel de Reporters sans frontières (RSF) notamment. Sa famille, ses amis et ses collègues seront présents.

>> LIRE AUSSI - Journaliste tué en Ukraine : sa mère répond à la propagande d'une agence de presse russe

"Il est très important que le monde entier entende ce qui s'est passé avec Frédéric"

Les deux personnes qui faisaient équipe avec Frédéric Leclerc-Imhoff en Ukraine pour BFMTV, le reporter Maxime Brandstaetter et la journaliste-traductrice ukrainienne Oksana Leuta, sont pour leur part rentrées en France le 3 juin. "Ses parents sont venus nous accueillir à la descente de l'avion, ça a été les premières personnes que j'ai vues et ce n'était pas facile", a témoigné dimanche sur BFMTV Maxime Brandstaetter, visiblement très ému.


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles