"Le corps en France, l'âme à Gaza" : l'angoisse des proches dans l'attente de nouvelles

·2 min de lecture

L'escalade des tensions entre Israël et le Hamas s'est poursuivie tout au long de la semaine et ne semble pas prête de se tarir. Sarah, dont la famille habite à Gaza, et Johanna, dont les proches sont en Israël, vivent dans l'angoisse depuis lundi. Elles témoignent sur Europe 1.

Depuis une semaine, Sarah, étudiante en France originaire de Gaza, peine à joindre ses parents. Elle n'a pu leur parler que samedi. "Internet est déconnecté. Ils me racontent que l’immeuble bouge quand il y a des bombardements." Ayant grandi à Gaza, la jeune femme sait ce que signifie ce nouveau conflit entre Israël et les groupes armés palestiniens. "J’y ai vécu trois guerres. Maintenant je suis en France, saine et sauve, mais dans ma tête j’entends tout le temps le bruit des avions qui viennent bombarder. Mon corps est en France, mon âme est à Gaza. Moi aussi, je suis en guerre."

En Israël, "ils n'ont pas dormi de la nuit à cause des alertes"

La guerre s’est aussi invitée dans l'appartement parisien de Johanna. "J’ai ma famille et ma belle-famille qui habitent en Israël. On regarde la télé et on les appelle tous les jours. Je viens de parler avec ma cousine, qui me dit qu’ils n’ont pas dormi de la nuit à cause des alertes", raconte-elle au micro d'Europe 1. Israël fait face au rythme le plus élevé de roquettes jamais tirées vers son territoire, a indiqué l'armée dimanche. Depuis le 10 mai, les groupes armés de Gaza ont lancé environ 3.000 roquettes vers Israël. 

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

En face, 181 Palestiniens, dont 52 enfants, ont péri dans les raids de l'armée israélienne depuis lundi, selon un dernier bilan palestinien. Cette nouvelle intensification du conflit survient à quelques heures d'une réunion du Conseil de sécurité d...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles