Coronavirus: Washington annonce la fermeture partielle de sa frontière avec le Mexique

Les frontières terrestres des États-Unis sont désormais fermées aux voyageurs « non essentiels ». La fermeture de la frontière avec le Canada annoncée mercredi 18 mars est entrée en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi. Elle est complétée par celle avec le Mexique. Donald Trump ne l’a pas caché : en plus de restreindre l’épidémie, cela lui permet de bloquer les flux migratoires vers les États-Unis.

De notre correspondante à Washington

Fermer les frontières,  c’est l’outil privilégié de Donald Trump pour freiner la propagation du coronavirus. Mais le président l’a reconnu, il s’agit aussi de préserver un système de santé américain déjà au bord de la saturation. « Les migrations mondiales massives épuiseraient gravement les ressources en soins de santé nécessaires à notre population », a-t-il souligné. 

Donald Trump espère aussi mettre un terme au flux migratoire venu du Sud, une des obsessions de sa présidence. « Nous avons ce problème depuis des décennies », s’est il lamenté avant d’ajouter « mais avec le décret d’urgence nationale, nous pouvons faire quelque chose pour y remédier ». 

Désormais, tous les migrants seront refoulés, sauf ceux dont les papiers sont en règle et dont la circulation est jugée indispensable. Tous les clandestins seront renvoyés sans passer devant un juge ou par un centre de rétention, même les demandeurs d’asile ne pourront plus déposer leur requête. 

Ce point risque d’être contesté devant les tribunaux car un demandeur d’asile ne peut théoriquement pas être expulsé sans que la légitimité de sa requête soit d’abord examinée.