Coronavirus: ce que nous vivons est annonciateur des drames à venir liés au climat

Corinne Lepage
Trois couturières posent après avoir cousu une série de masques de protection contre le coronavirus pour remédier à la pénurie en cours, à Cannes, le 8 avril 2020.

Il est bien entendu infiniment trop tôt pour être en capacité de tirer toutes les leçons de ce qui nous arrive concernant la crise du coronavirus. Néanmoins, un certain nombre d’évidences apparaissent:

- le covid-19 et ses conditions de propagation ne peuvent pas être dissociés d’une part de la destruction de la biodiversité, d’autre part des phénomènes de pollution atmosphérique massive. Un certain nombre d’articles ont très clairement mis en évidence comment la destruction des espaces naturels et l’atteinte portée aux habitats de la faune sauvage étaient mis en cause. Même s’il n’existe à ce jour aucune preuve de ce que le virus peut être transporté par l’air et plus précisément par les particules fines, en revanche l’affaiblissement des populations soumises à des taux de pollution atmosphérique massif semble peu discutable. De plus, les facteurs aggravants que constituent un certain nombre de pathologies comme les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle, le diabète, les maladies pulmonaires chroniques, les maladies rénales sont évidemment en lien avec les modes de vie et l’environnement et notamment les conditions actuelles d’alimentation, la consommation de tabac ou d’alcool, de qualité de l’air et de l’eau, de pollution chimique.

- La situation critique dans laquelle nous nous trouvons est largement liée à la gestion dramatique qui s’explique par une désorganisation complète du système de prévention: pas de masque, pas de gel, pas de gants, pas de test, à laquelle s’est ajouté le souci de protéger le tourisme plutôt que la santé avec l’absence de contrôle sérieux et de mesure de quarantaine du retour des zones épidémiques. Elle est aussi liée aux mensonges d’un régime dictatorial dont il faudra en tirer toutes les conséquences. La sous-estimation des 3300 morts en Chine pour des raisons de politique intérieure et extérieure a été irresponsable et a conduit à une sous-évaluation des risques. Là encore, ce régime a voulu masquer la pire réponse...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post