Coronavirus : les victimes collatérales de la pandémie

Les soignants le redoutaient, c'est en train d'arriver. Déprogrammer des opérations pour faire de la place en réanimation, à des patients qui souffrent du Covid. Cet hôpital de Nîmes (Gard) doit aider le CHU d'Avignon (Vaucluse), la consigne est clair : il faut vider les blocs opératoires et libérer des lits pour les patients Covid. "On a deux chambres de réanimation qu'on a libérées aujourd'hui pour accueillir deux patients du CHU", explique le docteur Toufic Finge. Deux tiers des interventions reportées à l'hôpital Cochin Pour soigner les malades, il faut du personnel. "On mobilise le personnel des salles de réveil de bloc opératoire qui vont pouvoir venir prêter main forte à la réanimation", explique le docteur Toufic Finge. À Paris, l'hôpital Cochin, les deux tiers des interventions ont été reportées, y compris pour des pathologies lourdes. Le docteur Mickaël Peyomaure tire la sonnette d'alarme : "on a déjà mis en suspens certains cancers dits non-urgents mais ils peuvent progresser et devenir urgents".