Coronavirus : le variant britannique se répand en France

Au moins un cas s’est révélé positif dimanche 10 janvier à la variante anglaise du coronavirus dans les Hautes-Alpes. Le malade et sa famille sont à l’isolement. À Marseille (Bouches-du-Rhône), l’heure est à la mobilisation générale, ce n’est pas un cas mais la découverte d’un cluster familial : au moins huit porteurs de la souche britannique. Et la municipalité redoute une circulation active de cette nouvelle variante du virus. "Il nous faut réagir immédiatement, nous souhaitons sortir du schéma classique de la crise et tracer, tester, et isoler en urgence tous les porteurs potentiels de la souche britannique", a déclaré le maire socialiste Benoît Payan. Couvre-feu à 18 heures Le patient zéro est une Française expatriée en Grande-Bretagne venue passer les fêtes de fin d’année dans la cité phocéenne avec sa famille. Une quarantaine de cas contact ont été identifiés. Il faut faire vite, selon les épidémiologistes. "Il se transmet plus vite, donc le risque de façon arithmétique, c’est d’avoir une augmentation des hospitalisations dans les semaines qui viennent, et c’est pour ça qu’il faut faire en sorte qu’on se contamine moins et éviter des situations de rassemblement avec un risque de contamination", explique le Dr Benjamin Davido. Dans le département, le taux d’incidence est déjà élevé, avec 225 cas par 100 000 habitants. Le couvre-feu débute à 18 heures depuis dimanche soir.