Les vaccins AstraZeneca trouvés en Italie destinés à l'Europe et à COVAX

par Michel Rose, Francesco Guarascio et Emilio Parodi
·3 min de lecture
CORONAVIRUS: LES VACCINS TROUVÉS EN ITALIE DESTINÉS À L'EUROPE ET À COVAX

par Michel Rose, Francesco Guarascio et Emilio Parodi

MILAN (Reuters) - AstraZeneca a déclaré mercredi que les 29 millions de doses de son vaccin contre le coronavirus trouvées lors d'une inspection dans une usine en Italie étaient destinées à l'Union européenne et à des dons aux pays pauvres via le programme COVAX supervisé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Sur demande de la Commission européenne, les autorités italiennes ont inspecté au cours du week-end une usine de Catalent située à Anagni, près de Rome, où ils ont trouvé des lots de doses de vaccin, a rapporté le journal italien La Stampa.

Le président du Conseil italien, Mario Draghi, a confirmé par la suite qu'une inspection avait eu lieu et que certains lots de vaccins avaient été saisis tandis que deux lots ont été envoyés en Belgique. Chaque lot peut contenir jusqu'à un million de doses.

Cet épisode a provoqué un éventail de réactions qui illustrent le niveau élevé de défiance régnant dans l'UE à l'égard d'AstraZeneca, alors que le laboratoire anglo-suédois a revu à la baisse le nombre de vaccins à destination du bloc communautaire d'ici fin juin - 100 millions de doses contre 300 millions prévues dans le contrat conclu avec Bruxelles.

Les 29 millions de doses trouvées près de Rome seraient suffisantes pour vacciner 14,5 millions de personnes.

A Paris, le porte-parole du gouvernement français a déclaré qu'un stock de près de 30 millions de doses avait été identifié près de Rome et que les doses avaient été saisies. "L'Europe ne doit pas être le dindon de la farce de la vaccination", a ajouté Gabriel Attal devant les journalistes à l'issue d'un conseil des ministres.

Un autre représentant français a indiqué que la possibilité de bloquer certains lots était étudiée.

Peter Liese, député européen issu du même parti que la chancelière allemande Angela Merkel, a dit avoir été sans voix après avoir appris la découverte de ces lots de vaccins. Il a appelé AstraZeneca à clarifier la situation.

Plus tard dans la journée, le laboratoire a fait savoir que la plupart des doses trouvées dans l'usine Catalent étaient destinées à l'UE et que le reste viendrait alimenter le programme COVAX.

"Il n'y a à l'heure actuelle aucune exportation prévue autre que vers des pays (bénéficiant de) COVAX. Il y a 13 millions de doses en attente de contrôle qualité" avant d'être expédiées à ces pays, a dit AstraZeneca.

Les 16 autres millions de doses seront livrées ce mois-ci et en avril en Europe, a précisé l'entreprise.

S'exprimant devant le Parlement italien après le communiqué d'AstraZeneca, Mario Draghi a déclaré que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lui avait dit samedi que certains lots stockés à l'usine de Catalent devaient être inspectés car faisant défaut à des livraisons attendues par l'UE.

La Commission européenne a refusé de s'exprimer sur les doses trouvées en Italie.

L'UE a précisé mercredi les règles de contrôle des exportations de vaccins produits sur son sol instaurées en janvier, définissant une autorisation plus claire de blocage des exportations vers des pays disposant d'une couverture vaccinale plus élevée et/ou n'exportant pas leurs propres doses, comme la Grande-Bretagne. [nL8N2LM582]

(Emilio Parodi à Milan, Michel Rose à Paris et Francesco Guarascio à Bruxelles, avec Angelo Amante à Rome; version française Myriam Rivet et Jean Terzian, édité par Jean-Stéphane Brosse)