Coronavirus : une carence en vitamine D pourrait favoriser la mortalité

Coronavirus : une carence en vitamine D pourrait favoriser la mortalité

Les patients qui souffrent d’une carence sévère en vitamine D sont deux fois plus susceptibles de présenter des complications graves suite au coronavirus selon une étude.

La France a vécu confinée pendant deux mois pour faire barrage à l’épidémie de coronavirus. Un isolement imposé qui a pu avoir certaines conséquences sur la santé de la population. Ainsi, le 17 avril dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail avait rappelé la nécessité de garantir un apport suffisant en vitamine D. En effet, cette précieuse vitamine joue un rôle essentiel dans la qualité du tissu osseux et musculaire. Elle est également indispensable dans le renforcement du système immunitaire.

Une nouvelle étude dirigée par la Northwestern University, a analysé les données des hôpitaux et des cliniques en Chine, en France, en Allemagne, en Italie, en Iran, en Corée du Sud, en Espagne, en Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les chercheurs ont constaté que de faibles niveaux de vitamine sont associés à davantage de cas de Covid-19 et des taux de mortalité plus important. Une carence en vitamine D avait déjà été corrélée à une sensibilité accrue aux infections des voies respiratoires. Ainsi, les patients qui souffrent d’une carence sévère en vitamine D sont deux fois plus susceptibles de présenter des complications graves.

Vitamine D et alimentation

Dans cette étude, les chercheurs ont par exemple constaté que l’Italie et l’Espagne qui affichent un nombre très important de mortalité du coronavirus sont également deux pays avec un niveau moyen de vitamine D inférieur à la plupart des pays d’Europe du Nord. Un taux généralement inférieur dans ces pays du Sud car la peau des habitants est davantage pigmentée ce qui freine la synthèse naturelle de la vitamine D. 

Bien que je pense qu'il est important pour les gens de savoir que la carence en vitamine D pourrait jouer un rôle dans la mortalité, nous n'avons pas besoin de pousser la vitamine D sur tout le monde”, a expliqué Vadim Backman de cette université. Avant de poursuivre : “Cela nécessite une étude plus approfondie, et j'espère que notre travail stimulera l'intérêt dans ce domaine. Les données peuvent également éclairer le mécanisme de la mortalité, qui, si elle est prouvée, pourrait conduire à de nouvelles cibles thérapeutiques”. D’autres études sont nécessaires afin d’expliquer le lien de causalité entre la vitamine D et l’apparition du coronavirus.

Pour éviter la carence en vitamine D, il est recommandé de consommer deux portions de poissons par semaine dont une de poisson gras. En effet, la vitamine D est présente dans les poissons gras (hareng, saumon), les abats, le jaune d’œuf, les produits laitiers enrichis en vitamine D, le beurre et les margarines, etc. L’apport en vitamine D est également assuré par l’exposition aux rayons du soleil.