Coronavirus: Trump veut que «l'Amérique retourne au travail»

Le président américain souhaite que l’économie américaine retrouve son activité normale à Pâques, soit dans un peu plus de deux semaines. C’est ce qu’il a déclaré ce mardi lors d’un entretien sur la chaine de télévision Fox News. Une déclaration qui intervient alors que l’Organisation mondiale de la santé décrit les États-Unis comme le probable prochain épicentre de la pandémie.  Mais pour Donald Trump, la fermeture des entreprises est plus dangereuse que le virus lui-même.

De notre correspondante à Washington,

« Le remède ne doit pas être pire que le mal », c’est le nouveau refrain de Donald Trump. Inquiet d’une possible récession, le président américain évoque depuis dimanche son impatience devant l’arrêt de l’activité économique du pays.

« Notre pays n’a pas été construit pour être fermé, a-t-il déclaré. Notre peuple est plein de vigueur, d’énergie, les gens ne veulent pas être enfermés dans une maison ou un appartement. On n’est pas faits comme ça. Et vous savez, on peut détruire un pays en le fermant comme ça. C’est très douloureux pour notre pays et très déstabilisant. Beaucoup de gens, et selon moi plus de gens, vont mourir si on laisse cette situation se poursuivre et nous devons retourner au travail. »

Le président a fixé une échéance pour la reprise des activités :  le jour de Pâques. Interrogé un peu plus tard sur CNN, Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle a riposté : « Je crois qu’il devrait écouter les experts scientifiques ! Il n’est pas un scientifique ! Laissez les experts parler. »

Au sein du parti républicain, quelques rares élus ont osé contredire le président. C’est le cas de Liz Cheney qui s’est exprimée sur Twitter : « Il n'y aura pas de fonctionnement normal de l'économie si nos hôpitaux sont débordés et si des milliers d'Américains meurent parce que nous n'avons pas fait le nécessaire pour stopper le virus », écrit la numéro trois du parti à la chambre des représentants.