Pour les troubles mentaux, ce deuxième confinement est une bombe à retardement

Marine Le Breton
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
La santé mentale des Français se dégrade au fur et à mesure que l'épidémie de coronavirus s'installe dans le temps (image d'illustration). (Photo: nadia_bormotova via Getty Images)
La santé mentale des Français se dégrade au fur et à mesure que l'épidémie de coronavirus s'installe dans le temps (image d'illustration). (Photo: nadia_bormotova via Getty Images)

PSYCHOLOGIE - Un ascenseur émotionnel. C’est ainsi que l’on pourrait décrire les va-et-vient de nos humeurs depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Une fois passé le choc de l’annonce du premier confinement en mars dernier, le ciel a semblé s’éclaircir pendant l’été. Mais celui-ci s’est de nouveau vite assombri dès septembre avec les annonces successives du couvre-feu, des fermetures de bars et restaurants, puis du second confinement.

Le problème, c’est que cet ascenseur émotionnel demande une forte endurance psychologique et s’apparente désormais à une véritable bombe à retardement en ce qui concerne les troubles psychiques.

Mardi 17 novembre, Jérôme Salomon a alerté sur la santé mentale des Français qui se dégrade. “Cette épidémie est stressante, anxiogène et peut générer une souffrance psychologique pour nombre d’entre nous. “La crise sanitaire du Covid-19 a révélé la fragilité psychique de nombreux Français. On observe ainsi une augmentation importante des états dépressifs. Le nombre de personnes concernées a en effet doublé entre fin septembre et début novembre”, a indiqué le directeur général de la Santé.

Le ministre de la Santé Olivier Véran l’a rappelé jeudi 19 novembre lors d’une conférence de presse et a souligné que l’augmentation des syndromes dépressifs constatée concerne “tous les profils sociaux-démographiques”.

Moindre résilience

En septembre, Le HuffPost avait interrogé plusieurs psychiatres et psychologues et tous craignaient déjà une vague de troubles men...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.