Coronavirus: le transport aérien en panne, LATAM va supprimer des postes

Toutes les compagnies aériennes souffrent des restrictions à la circulation dues à la pandémie de Covid-19 et en l'Amérique latine, plus tardivement touchées, la compagnie LATAM-Airlines, née de la fusion de la LAN chilienne et de la TAM brésilienne annonce un plan de suppression de 1400 emplois. 

C'est la première compagnie aérienne opérant sur le continent sud-américain. LATAM Airlines dessert 145 destinations dans 26 pays et est directement présente en Argentine, au Brésil, au Chili, en Colombie, en Équateur et au Pérou. Avant la pandémie, elle assurait environ 1.400 vols quotidiens, transportant plus de 74 millions de passagers par an.

La compagnie a annoncé ce vendredi la suppression de 1.400 emplois dans ses filiales au Chili, en Colombie, Équateur et au Pérou, en raison de la réduction drastique de ses opérations due à la pandémie de coronavirus. « Les impacts du Covid-19 sont profonds et il est inévitable de réduire la taille du groupe LATAM pour protéger sa viabilité à moyen terme », a déclaré le PDG du groupe LATAM Airlines, Roberto Alvo, dans un communiqué publié par la compagnie, ajoutant que c'était une « décision difficile », rapporte l'AFP.

Autre compagnie latino-américaine, la Colombienne Avianca, deuxième d'Amérique latine, s'était placée le 10 mai sous la protection de la loi sur les faillites aux États-Unis pour réorganiser sa dette «en raison de l'impact imprévisible de la pandémie». Selon l'Association internationale du transport aérien (IATA), les compagnies aériennes d'Amérique latine vont perdre 15 milliards de dollars de recettes cette année, dans la pire crise de l'histoire du secteur.

À lire aussi Air France-KLM envisage des suppressions d'emplois après de lourdes pertes au premier trimestre