Coronavirus : "On est en train de tuer le pays sans vaincre l’épidémie", estime Nicolas Dupont-Aignan (DLF)

Jean Castex réunit cet après-midi les chefs de parti pour faire un point sur la situation sanitaire. Qu’en attendre ? "J’attends qu’il change radicalement de politique. On est en train de tuer le pays sans vaincre l’épidémie. Je vais lui proposer les neuf mesures que je ne cesse de réclamer. Qui sont des mesures qui ont été faites en Allemagne", explique Nicolas Dupont-Aignan, député et président de Debout la France, invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 20 novembre. L’élu se demande : "Est-ce qu’un jour on va comprendre dans notre pays que l’on pourra vaincre l’épidémie si on traite les Français en adultes ?" Il ajoute : "Je remarque que le pays où il y a quatre fois moins de morts par habitant, l’Allemagne, ou le Japon, il y en a quarante fois moins, ce sont des pays qui consultent le Parlement, qui écoutent le bon sens populaire et qui font confiance à leur population." "Le gouvernement nous ment" Nicolas Dupont-Aignan se fera-t-il vacciner ? "Si le vaccin est sûr et efficace, pourquoi pas. Mais je ne me ferais pas vacciner sur un communiqué de presse d’une entreprise multinationale sans qu’il y ait un minimum d’études scientifiques", indique Nicolas Dupont-Aignan. Faudra-t-il le rendre obligatoire ? "Surtout pas. Si vous rendez obligatoire le vaccin, les Français qui sont très sceptiques, vont l’être encore plus", estime-t-il. Selon la fondation Jean-Jaurès, les électeurs de Nicolas Dupont-Aignan font partie des personnes les plus récalcitrantes au vaccin. Comment l’expliquer ? "Il y a un problème de confiance. Le gouvernement nous a menti sur les masques, nous a menti sur les tests, nous ment aujourd’hui sur les lits de réanimation", conclut-il.