Coronavirus: dans les townships de Johannesburg, une aide alimentaire indispensable

Face aux difficultés des populations les plus démunis, le gouvernement de Cyril Ramaphosa a promis d’augmenter les aides sociales et d’intensifier les distributions de vivres. Mais des associations tentent aussi de prendre le relais, par exemple dans le township d’Alexandra, au nord de Johannesburg. 

Avec notre correspondante à Johannesburg, Claire Bargelès 

Les personnes en difficulté peuvent contacter l’association Rays of Hope puis les bénévoles viennent chez eux leur remettre un colis. Une solution trouvée pour éviter les attroupements. « Alors dans les paquets nous avons par exemple de la farine de maïs, de l’huile... En fait tout les aliments essentiel, explique Tintswalo Mabunda, l'une des volontaires. On a aussi mis des boissons et du savon. » 

Ce sont des dons d’entreprises ou de particuliers qui ont permis d’acheter toutes ces denrées. Maseshaba reçoit son colis avec soulagement. Confinée, elle ne peut plus gagner sa vie comme femme de ménage, et doit s’occuper de son bébé de deux mois. « C’est vraiment compliqué, parce que maintenant je n’ai plus de salaire, et j’ai un bébé mais je n’ai pas eu le temps de m’inscrire pour les allocations sociales. On meurt de faim, vraiment .... d’habitude, quand je ne travaille pas, d’autres gens peuvent m’aider, mais là, comme c’est le confinement, personne n’a plus rien. » 

Rays of Hope mène normalement d’autres projets, mais aujourd’hui, tous les efforts sont mis sur l’aide alimentaire, selon le directeur Sihle Mooi. « Le gouvernement essaie d’aider, mais il y a encore beaucoup de personnes qui ne reçoivent rien. Vous savez, chaque jour, on rencontre des hommes et des femmes qui nous disent qu’ils n’ont presque rien mangé depuis trois jours. Donc il y a de gros besoins. Pour cette semaine, on devrait distribuer 1 500 paquets, ce qui devrait permettre de nourrir environ 9 000 personnes. » 

L’organisation en profite pour aussi distribuer des masques, qui deviendront obligatoires à partir de vendredi. Dans les quartiers les plus pauvres, les habitants ont de plus en plus de mal à s’alimenter. Selon le Conseil de recherche en sciences humaines (HSRC), un quart (24% exactement) de la population n’a plus assez d’argent pour acheter de la nourriture, un chiffre qui monte jusqu’à 55% dans les bidonvilles.

L’Afrique du Sud devrait alléger son confinement à partir de vendredi, alors que le pays compte 4 793 cas positifs au coronavirus et 90 décès. Certaines entreprises pourront reprendre leurs activités sous condition. Mais pour l’ensemble de la population, peu de règles changeront.