Coronavirus: toute l'Europe se met à coudre des masques

1 / 2

Coronavirus: des masques en tissu développés par le CHU de Lille entrent en production

Prisonniers, ex-première dame et employés du textile... Tous, ils ont enfilé leurs aiguilles pour remédier à la pénurie mondiale de masques faciaux, une menace grave pour la santé de millions de personnes au temps de la pandémie du COVID-19. 

Il y a à peine une semaine, la petite entreprise tchèque Nanospace produisait à Pisek, à 100 km au sud de Prague, du linge de lit en nanomembranes - un textile pourvu d'une fine bande de nanofibres protégeant les personnes allergiques aux acariens. 

Des masques vendus à prix coutant

Mais, dès que le nouveau coronavirus mortel a commencé à sévir en Europe, les ateliers Nanospace ont lancé la production de 10.000 masques nanomembranaires par jour pour deux hôpitaux du Sud de la République tchèque. 

Le premier appel au secours d'une mairie locale désespérée a retenti le 14 mars. Les premiers masques ont quitté les ateliers deux jours plus tard. "Nous facturons les masques aux hôpitaux au prix coûtant. Si les hôpitaux ferment en raison d'une pénurie de masques, notre région sera en grande difficulté", a expliqué Jiri Kus, directeur commercial de Nanospace. 

L'Organisation mondiale de la santé recommande de porter des masques de protection respiratoire en public. Des dizaines de milliers d'Européens unissent leurs forces via des réseaux sociaux pour fabriquer des masques alors que des millions sont confinés à leur domicile pour prévenir les infections au COVID-19. 

Miroglio passe de la...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi