Coronavirus: Le retour à l'état d'urgence à Tokyo à l'étude

·2 min de lecture
CORONAVIRUS: TOKYO ET TROIS PRÉFECTURES DEMANDENT L'ÉTAT D'URGENCE

TOKYO (Reuters) - Le gouvernement japonais va étudier l'opportunité de déclarer l'état d'urgence réclamé par la métropole de Tokyo et trois autres préfectures face à la résurgence des cas de COVID-19, a déclaré samedi le ministre de l'Economie, chargé de coordonner la lutte contre l'épidémie.

Le gouvernement doit consulter des experts sanitaires avant de prendre une décision, a expliqué Yasutoshi Nishimura à la presse à l'issue d'une rencontre avec le préfet de la région de Tokyo et des représentants des trois préfectures voisines.

"Le gouvernement national et les trois gouverneurs s'accordent sur le fait que la situation dans la région de Tokyo s'aggrave au point qu'une déclaration d'état d'urgence pourrait être nécessaire", a-t-il dit.

En attendant une décision sur ce point, les autorités vont demander aux restaurants et aux salles de karaoke de la région de fermer dès 20h00 et aux magasins vendant de l'alcool d'avancer leur fermeture à 19h00, a-t-il précisé.

Le Premier ministre, Yoshihide Suga, a jusqu'à présent rejeté les appels au retour à l'état d'urgence à l'échelle nationale, qui avait déjà été instauré en avril pendant la première vague de l'épidémie. Sa première intervention publique de l'année est prévue lundi.

Le gouvernement a privilégié jusqu'à présent le volontariat plutôt que des mesures coercitives en matière de fermetures anticipées des magasins et lieux publics comme pour les restrictions de déplacements.

Le niveau d'alerte épidémique à Tokyo a été relevé le 17 décembre au plus haut niveau de l'échelle en vigueur. La capitale de l'archipel a enregistré 1.337 nouveaux cas de contamination jeudi, un record, et 814 samedi. Le dernier jour de l'année 2020 a aussi été marqué par un record de nouveaux cas à l'échelon national, à 4.520.

"Le gouvernement japonais n'a pas fait du très bon travail en matière de maîtrise des infections", a déclaré Fumie Sakamoto, responsable du contrôle des maladies infectieuses du St Luke's International Hospital de Tokyo. "Je m'attends à ce que les chiffres augmentent dans les jours à venir et l'état d'urgence aurait dû intervenir plus tôt, sans doute en décembre ou en novembre."

(Rocky Swift; version française Camille Raynaud et Marc Angrand)