Coronavirus, tennis professionnel et polémiques

Novak Djokovic et Andrey Rublev devaient disputer, dimanche 21 juin, la finale de la deuxième étape de l'Adria Tour en Croatie. Elle a été annulée suite à l'annonce du test positif de Grigor Dimitrov au Covid-19. Ce lundi, c’est au tour de Borna Coric d’annoncer avoir été testé positif.

Comme tous les sports, le tennis professionnel a été mis à l'arrêt par la pandémie depuis mi-mars. Mais une semaine après avoir participé à l'« Adria Tour », une série de matches d'exhibition organisée par Novak Djokovic dans les Balkans, Grigor Dimitrov, numéro 19 mondial, a annoncé dimanche 21 juin avoir contracté le nouveau coronavirus.

Deux entraîneurs également testés positifs

« Je veux m'assurer que toute personne qui a été en contact avec moi ces derniers jours se fasse tester et prenne les précautions nécessaires. Je suis désolé si j'ai causé du tort. Je suis rentré chez moi et je me remets », a déclaré Dimitrov. Résultat, la finale de l'Adria Tour prévu dimanche soir à Zadar entre Djokovic et le Russe Andrey Rublev a été annulée.

Lors du tournoi, peu de spectateurs portaient un masque et la distanciation n'étaient guère respectée. Dimitrov avait été vu donnant une accolade à Dominic Thiem sur le court. Djokovic avait répondu aux critiques sur le peu de distanciation observée en mettant en avant le bilan « plutôt décent » des pays des Balkans dans leur lutte contre le coronavirus.

Lundi 22 juin, c’est au tour de Borna Coric d’annoncer avoir été testé positif au coronavirus après avoir participé à l'Adria Tour. « Bonjour tout le monde, je voulais vous annoncer que j'ai été testé positif au Covid-19. Je veux être certain que toute personne ayant été en contact avec moi ces derniers jours se fasse tester ! Je suis vraiment désolé pour le mal que j'ai pu faire ! », écrit le Croate (33e mondial) dans un tweet.

Parallèlement, deux entraîneurs, un de Djokovic et un de Dimitrov, ont également été testés positifs, selon la presse locale. Novak Djokovic a décidé de ne pas être testé en Croatie car il ne ressentait pas de symptômes. De retour à Belgrade, le numéro 1 mondial devrait voir un épidémiologiste et son médecin.

Nick Kyrgios s’offusque du maintien de l'US Open à New York

Les meilleurs représentants du tennis mondial sont tous censés reprendre la compétition officielle en août et la quasi-totalité est éligible à l'US Open qui se déroulera sans qualifications (31 août-13 septembre). Une reprise aux États-Unis qui n’est pas du tout du goût de Nick Kyrgios.

L’Australien s'en est pris de façon virulente dans un tweet au président de l'ATP, Andrea Gaudenzi, après l'annonce de la reprise le 14 août prochain de la saison de tennis. Kyrgios s’offusque du maintien de l'US Open à New York (à huis clos du 31 août au 13 septembre) en dépit des conditions sanitaires liées à la pandémie de coronavirus et des événements suscités par la mort de George Floyd aux États-Unis, fustigeant « l'égoïsme » de l'ATP. Il s'est aussi payé l'Adria Tour avec un tweet : « Organiser cette exhibition, c'était une décision stupide. Je vous souhaite un prompt rétablissement les gars, mais c'est ce qui arrive quand on ne respecte pas tous les protocoles sanitaires. Ce virus n'est pas une blague ».

Selon le nouveau protocole prévu, les joueurs qui vont participer à l'US Open seront testés pour le Covid-19 avant leur départ pour New York, à leur arrivée et tout au long de leur séjour, à raison d'une à deux fois par semaine.

Afin de « réduire le risque » de propagation du virus en limitant le nombre de personnes présentes à Flushing Meadows, la fédération américaine a entériné l’absence de qualification. Ce qui a cristallisé la colère des joueuses et joueurs du bas de l'échelle, privés de revenus depuis mars. Habituellement, 128 joueurs et autant de joueuses au-delà de la 100e place mondiale disputent ces qualifications. À New York, seuls les 120 meilleurs, plus huit « wild cards », seront de la fête. Les athlètes ont jusqu’à juillet pour confirmer leur inscription.

Une gifle pour tous ceux qui jouent les qualifications

« Merci à l'ATP et à l'US Open de prolonger encore mon chômage », ironise sur Twitter l'Américain Mitchell Krueger, 195e joueur mondial et victime directe de cette décision. « Quelle gifle pour tous ceux qui jouent les qualifications, qui n'auront même pas l'occasion de défendre leurs chances et qui dépendent littéralement de l'argent des Grands Chelems pour survivre », se désole l'Américaine Sachia Vickery (158e joueuse mondiale).

En pleine pandémie, les différentes instances du tennis mondial ont rassemblé plus de six millions de dollars à destination de quelque 800 joueuses et joueurs mis en difficultés financières par la crise sanitaire mondiale. La Fédération américaine de tennis (USTA) a réservé 3,3 millions de dollars à l'ATP et autant à la WTA, qu'elle les invite à consacrer à « dédommager les joueurs » privés de qualifications et à « subventionner ou organiser » d'autres tournois pour leur venir en aide.

Au-delà de l'US Open version restreinte, le nouveau calendrier ATP fait la part belle aux plus gros rendez-vous, avec, sur sept tournois, deux Grand Chelem, l'US Open et Roland-Garros, et trois Masters 1000. Et même si l'ATP « continue d'explorer toutes les options pour (y) ajouter d'autres tournois ATP 500 et 250 » et annonce la reprise du circuit secondaire (Challenger) « la semaine du 17 août », les occasions de jouer risquent de se faire très rares pour les moins biens classés.

(Avec AFP)