Coronavirus: Taux de vaccination plus faible chez les minorités en GB

·2 min de lecture
CORONAVIRUS: TAUX DE VACCINATION PLUS FAIBLE CHEZ LES MINORITÉS EN GB

LONDRES (Reuters) - Le taux de vaccination contre le COVID-19 s'est avéré bien moins élevé parmi certains groupes minoritaires en Angleterre au cours des trois premiers mois de la campagne, a annoncé lundi l'office national de la statistique britannique (ONS).

La campagne vaccinale britannique est la quatrième la plus rapide du monde, plus de 30 millions de personnes ayant déjà reçu une première injection.

Fort de ce succès, le gouvernement britannique a commencé à lever progressivement les restrictions mises en place pour ralentir la progression de l'épidémie.

Mais des préoccupations émergent concernant la couverture vaccinale des minorités ethniques ou religieuses, avec des injections moins nombreuses dans certaines populations noires ou originaires d'Asie du Sud, dans lesquelles le taux de mortalité s'est avéré plus important.

"Les taux de vaccinations sont sensiblement plus faibles dans certains groupes, en particulier parmi les personnes s'identifiant comme d'origine africaine ou caribéenne, celles se décrivant comme musulmanes ainsi que pour les personnes handicapées", a déclaré Ben Humberstone, statisticien à l'ONS.

Au cours de la période allant du 8 décembre dernier au 11 mars, 90,2% des personnes âgées de plus de 70 ans ont reçu une primo-injection du vaccin anti-COVID-19 en Angleterre.

Mais le taux de personnes ayant bénéficié d'une première administration d'un vaccin s'est avéré nettement inférieur pour les personnes s'identifiant comme d'origine africaine (58,8%), ou caribéenne (68,7%), ainsi que pour celles revendiquant des origines bangladaises ou pakistanaises (moins de 75% dans les deux cas).

La couverture vaccinale semble également varier en fonction de la religion, avec un taux de primo-injection de 72,3% pour les musulmans.

Des célébrités et des responsables ont encouragé les minorités ethniques à se faire vacciner, craignant que les hésitations et la désinformation n'affectent le déploiement de la vaccination dans ces populations.

Des sondages ont suggéré que les doutes sur la fiabilité du vaccin étaient plus répandus dans les minorités ethniques et les conseillers du gouvernement ont prévenu que dans ces populations, les facteurs sociaux-économiques pourraient augmenter le risque de décès en lien avec le COVID-19.

(Alistair Smout, version française Myriam Rivet, édité par Bertrand Boucey)