Pourquoi la stratégie "Zéro Covid" de la Chine fait peser une menace de pénuries ?

·4 min de lecture
Le port de Ningbo-Zhoushan, en Chine, au ralenti depuis le 11 août.

Dès la découverte d'un cas de Covid-19, la Chine confine toute une ville. Avec des conséquences économiques importantes.

C'est une conséquence indirecte de la stratégie "Zéro Covid" pour lutter contre la pandémie de Covid-19. En adoptant cette stratégie, la Chine, comme d'autres pays d'Asie du Sud-Est, fait peser un important risque sur les marchés occidentaux.

"La stratégie de la Chine, c’est une tolérance zéro vis-à-vis de la circulation du virus, avec verrouillage des frontières aux passagers et réaction très précoce au moindre cas", rappelle Antoine Flahault, directeur de l'Institut de Santé de Genève.

Un bilan "extrêmement positif" du Zéro Covid jusqu'à présent 

Conséquence, dès le premier cas détecté, c'est toute une zone qui est fermée, le temps de détecter les nouveaux malades et de les isoler. Début août, 31 provinces et villes chinoises, dont Pékin et Wuhan, demandaient ainsi à leurs habitants de ne pas quitter leurs territoires sauf nécessité.

À LIRE AUSSI >> À quoi ressemblerait la stratégie Zéro Covid en Europe ?

Une stratégie stricte pour un bilan flatteur. "Le bilan sanitaire, social et économique de la stratégie Zéro Covid est extrêmement positif partout où il a été mis en œuvre. La Chine a beaucoup moins confiné sa vie sociale et économique et lorsqu’elle a dû le faire, cela a duré beaucoup moins longtemps que dans les pays européens", énumère Antoine Flahault.

Fermeture d'un port crucial pour le commerce

En maintenant pour l'instant cette stratégie de Zéro Covid, la Chine multiplie donc les fermetures. C'est ce qui arrive notamment dans les ports et les entreprises. Ainsi, le test positif d'un employé du troisième port le plus fréquenté au monde, celui de Ningbo-Zhoushan, a entrainé sa fermeture partielle le 11 août. C'est le terminal de Meishan, qui y représente 25% du transit de conteneurs, qui est totalement à l'arrêt depuis 6 jours, rapportait Bloomberg le 16 août. Une réouverture totale est prévue début septembre.

Conséquence, les porte-conteneurs sont détournés vers d'autres ports qui sont submergés et des files de navires en attente se forment, entrainant de nouvelles perturbations sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, alors que les places sur les porte-conteneurs sont déjà très prisées. "Il faut compter un mois de bateau entre la Chine et l'Europe. La fermeture d'un port aura donc un impact sur l'approvisionnement au moins un mois plus tard en Europe", nous explique Jérôme Dumas, conseiller en chaîne d'approvisionnement chez le cabinet SCM Optimum.

"Des ruptures sur des produits fabriqués en Chine"

Des retards qui pourraient avoir d'importantes conséquences, à en croire Jérôme Dumas. "On va avoir le même effet que lors du premier confinement du printemps 2020, avec des ruptures sur certaines matières premières et sur les produits qui sont fabriqués en Chine ou y transitent : les jouets, les pièces détachées pour l'automobile, les batteries électriques ou les semi-conducteurs électroniques".

Déjà submergées par l'essor du commerce en ligne, les compagnies maritimes pourraient prendre du retard dans les livraisons avec ces fermetures sporadiques de ports. Et font donc grimper les prix. Le PDG d'Hasbro Brian Golder a expliqué sur CNBC qu’"en moyenne, le prix du fret maritime est environ quatre fois plus cher qu'il y a un an", et que les prix de ses jouets allaient augmenter.

À LIRE AUSSI >> Noël : le prix des jouets va augmenter d’ici la fin de l’année

La crainte d'une pénurie de jouets à Noël

Des difficultés d'approvisionnement qui vont jusqu'à faire planer le risque d'une pénurie de jouets pour Noël. En juillet dernier, avant la résurgence de cas en Chine et donc les fermetures d'usines et de ports, le porte-parole national de JouéClub craignait "des retards de livraison au début de la saison, donc sur le début du mois d’octobre qui est la période de lancement du catalogue de Noël", expliquait Franck Mathais sur BFM Business.

Entre une forte demande et une production qui tourne au ralenti en raison des fermetures d'usines sporadiques dues au Covid, le marché des semi-conducteurs est également menacé, avec un impact sur l'automobile. Après Toyota et Ford, le groupe Stellantis vient de mettre deux usines françaises à l'arrêt, en raison d'une pénurie de ces composants qui sont produits en Asie. Conséquence : des salariés au chômage partiel plusieurs jours.

"Delta rend plus difficile le maintien de la stratégie Zéro Covid"

Une situation déjà vue au printemps dernier mais qui pourrait empirer. En effet, selon plusieurs spécialistes l'émergence de nouveaux variants rend la stratégie Zéro Covid plus compliquée à appliquer. "Le variant Delta, en raison de sa très grande transmissibilité, rend plus difficile le maintien de la stratégie Zéro Covid et certains États d’Australie et Singapour ont annoncé des assouplissements à venir. La Chine n'en est pas là", rappelle l'épidémiologiste Antoine Flahault.

À LIRE AUSSI >> Coronavirus : l'Australie face aux limites de la stratégie Zéro Covid ?

Confronté à de nouveaux cas, Sydney a ainsi prolongé son confinement d'un mois, dans l'optique du Zéro Covid. La poursuite d'une telle stratégie en Chine pourrait entraîner une multiplication des fermetures sporadiques d'entreprises et de ports sous l'effet du variant Delta.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles