Coronavirus: quand les statistiques des cas et décès se grippent

Grégory Rozières
Ce mardi 19 mai, le bilan quotidien du directeur général de la santé Jérôme Salomon a réservé une surprise avec un recul du nombre total de décès liés au Covid-19, le bilan passant dans les Ehpad de 10.650 lundi à 10.308 le lendemain.  

SCIENCE - Chaque jour, chacun guette le nombre de nouveaux morts dans l’espoir de le voir baisser, signe du lent déclin de l’épidémie de coronavirus. Mais ce mardi 19 mai nous a réservé une surprise avec un recul du nombre total de décès liés au Covid-19, le bilan passant dans les Ehpad de 10.650 lundi à 10.308 le lendemain.

Interrogée par l’AFP, la Direction générale de la santé (DGS) a précisé que ce nouveau chiffre “résulte d’ajustements dans la remontée des données en provenance des Agences Régionales de Santé (ARS)”. Santé Publique France, qui s’occupe de récolter ces données avant de les communiquer à la DGS, a confirmé au HuffPost que “les fluctuations observées ces derniers jours sont dues à une erreur de saisie de la part d’un groupe d’Ehpad” par l’ARS d’Île-de-France.

Ce petit bug n’est pas inédit: il y a déjà eu à plusieurs reprises des problèmes avec les remontées des bilans en Ehpad depuis leur prise en compte à partir de début avril. Si le nombre de cas, hospitalisations et décès est très important pour suivre le suivi de l’épidémie en France et ailleurs, il faut donc faire attention à ne pas prendre ces chiffres au pied de la lettre. En dehors de ces erreurs humaines ou techniques, voici quelques éléments à prendre en compte.

L’important, c’est la tendance

Les statistiques quotidiennes sont issues de nombreuses sources partout en France, comme le rappelle Santé Publique France. Consultations en médecine de ville et activité des laboratoires, remontées hospitalières, signalement de cas ou décès dans des Ehpad, l’excès de mortalité calculé par l’Insee...

Difficile d’y voir clair. Mais quoi qu’il arrive, il y a une règle générale et essentielle à respecter: ne pas porter trop d’importance au nombre exact à un moment donné de cas, décès ou hospitalisations. L’important, c’est la tendance de l’évolution de ces chiffres au global.

Ce qui compte, ce n’est donc pas le chiffre exact de morts, mais l’évolution sur plusieurs jours. Si celle-ci augmente, l’épidémie...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post