Coronavirus : la situation en Bretagne "pas alarmante"

·2 min de lecture

Santé publique France a indiqué vendredi que la situation sanitaire en Bretagne n'est "pas alarmante", la circulation du coronavirus y reste "faible" malgré une augmentation du taux de reproduction due à la découverte de plusieurs foyers épidémiques.

La situation sanitaire en Bretagne n'est "pas alarmante", la circulation du coronavirus y reste "faible" malgré une augmentation du taux de reproduction due à la découverte de plusieurs foyers épidémiques, a souligné vendredi Santé publique France (SpF). "La situation en Bretagne si elle n’est à ce jour pas alarmante, n’en fait pas moins l’objet d’une grande attention", souligne l'agence sanitaire dans un courriel à l'AFP. "En Bretagne, le taux de reproduction est de 2,62", en hausse par rapport aux dernières semaines, selon la même source.

Mais ce taux, s'il est "un des paramètres importants pour évaluer la dynamique de la transmission du virus" peut aussi "être influencé artificiellement à la hausse si les données utilisées pour son calcul reflètent d'autres facteurs que la transmission du virus dans la population", souligne l'Agence.

Le Finistère est le département dont le taux d’incidence est le plus élevé

"Par exemple, la survenue d’un cluster dans une entreprise peut conduire à des actions de dépistage et un afflux de patients dans un service d’urgence ou dans un laboratoire, faisant augmenter ponctuellement" le taux "sans pour autant qu’il y ait une réelle intensification de la circulation du virus", ajoute SpF.

C’est justement le cas pour la Bretagne, où quatre foyers ont été identifiés dans le Finistère et un dans les Côtes-d'Armor, ce qui a "induit un plus grand nombre de dépistage et donc" une augmentation du taux de reproduction, est-il précisé.

"Mais la circulation du virus reste faible en Bretagne avec un taux d’incidence de 2,8 cas pour 100.000 entre le 6 et le 12 juillet (contre 4,3 pour l’ensemble du territoire)", selon la même source.

La Bretagne compte, sur la semaine écoulée, 107 cas dans le(...)


Lire la suite sur Paris Match