Coronavirus : des signes encourageants sur la situation de l’épidémie

En début de semaine, Olivier Véran le ministre de la Santé avait parlé d’un début d’amélioration concernant l’évolution de l’épidémie. "Pour bien comprendre la situation, il faut distinguer ce qu’il se passe à l’hôpital et ce qu’il se passe en ville. Si on regarde l’hôpital, c’est un début de frémissement, car si on voit la courbe des hospitalisations, on s’aperçoit qu’on est presque au niveau de la première vague donc très haut, même s’il commence à s'amorcer une certaine décrue", indique le médecin Damien Mascret en direct du plateau du 12/13. "Depuis le 6 novembre, on est repassé en dessous de 1" La saturation des services de réanimation est très importante avec 95% des lits sont occupés par des patients Covid. "Du côté de la population, c’est plus qu’un frémissement, parce qu’on s’aperçoit que si on prend le 'R effectif', c’est-à-dire le taux de contamination (...) quand il est en dessous de 1 l’épidémie ralentit, et au-dessus de 1, elle progresse. Tout l’été, la courbe était restée au-dessus de 1, mais depuis le 6 novembre, on est repassé en dessous de 1, donc c’est un bon signe", poursuit le médecin.