Coronavirus : dans les services de réanimation, "on est obligé de réinventer la façon dont on fait de la médecine", explique un médecin parisien

franceinfo

"On est obligé de réinventer la façon dont on fait de la médecine", a expliqué à franceinfo samedi 28 mars Jean-Michel Constantin, anesthésiste-réanimateur à la Pitié-Salpêtrière à Paris et secrétaire général adjoint de la Société française d’anesthésie et de réanimation (SFA), alors que les stocks de produits anesthésiants sont actuellement en tension du fait d'un grand nombre de patients en réanimation. "On s’adapte parce qu’on voit qu’il y a de la tension et que les marges sont de plus en plus restreintes."

Franceinfo : Comment faites-vous pour faire face à la baisse des stocks de produits anesthésiants ?

Jean-Michel Constantin : On essaie le plus possible de ne pas sédater [injecter un calmant ou un antidouleur] trop profondément ces patients, pas tant pour faire des économies mais pour avancer vers un sevrage de la ventilation. On réfléchit aux modalités d’administration, à utiliser des vieux produits qu’on n’utilisait plus, qui ont des stocks un peu inutilisés, on essaie de modifier un peu les réglages du ventilateur pour que les patients le supportent le mieux possible… En résumé, on s’adapte. On est obligés un peu de réinventer la façon dont on fait de la médecine parce qu’on n’a pas le choix.

Quelle est la marge de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi