Coronavirus : le retour en grâce du plastique

Le 11 mai, date du déconfinement, approche. Vincent Majkowski, un agent immobilier de Vaux-le-Pénil (Seine-et-Marne) vient de payer 80 € pour un Plexiglass. "Cette protection, c'est pour la secrétaire. Elle sera protégée des éventuelles projections. Il y a une ouverture pour faire passer les documents", explique-t-il. Un chiffre d'affaires préservé Il aura fallu attendre deux semaines pour obtenir un Plexiglass auprès d'une entreprise. Depuis trois semaines, la société croule sous les demandes. "On a 20 à 30 commandes par jour. Une banque nous a demandé 220 Plexiglass d'un coup pour équiper tous les guichets", précise Antoine Benoist, dirigeant de Pub Benoist. Cette entreprise d'enseigne publicitaire s'est reconvertie dans la conception de Plexiglass mais aussi de visières. Son chiffre d'affaires est préservé. Mais pour certains plastiques, l'approvisionnement est difficile.